22/07/2009

Les subprimes du crevard....

 

Les Subprimes du crevard sans la maison, la pelouse, la piscine, la bagnole et les cartes de crédit....

Un modèle d'avenir :

Comment fidéliser ses salariés ? En leur proposant de l’argent sous forme de crédit à un taux très bas. Il suffisait d’y penser. Chose faite par la Fédération des entreprises de services à la personne (FESP). Dès le mois de septembre, l’organisme proposera aux 20 000 employés du secteur un micro crédit d’un montant de 500 à 3 000 €, pour les aider dans leur vie quotidienne, de l’achat d’une voiture à la location d’un logement.

Le Parisien

Rassurez vous lecteurs du Parisien, La Money Power l'a pensé,  puisqu'elle a rendu le crédit facile pour précisément ne pas avoir à augmenter les salaires de travailleurs désormais mis en compétition mondiale.

Même en période crise, il existe toujours un moyen de faire du profit, c'est de diminuer les salaires.

Les subprimes sont les fils maudits de la déflation salariale dans le théatre de la mondialisation.

Plutôt que de proposer un micro crédit aux travailleurs pauvres qui n'arrivent pas à rembourser.

Payons les mieux (il suffisait d'y penser)...!!!

A moins bien sûr que tenir en laisse par l'endettement des bataillons de crevards soit une façon de gouverner.

Nécronomiquement votre

 

 

 

11/05/2009

Le tonneau des Danaïdes

Au seuil de son nouveau pas de tango (en avant/ en arrière)sur le versant codé de l'économie, la Money power gratifiait cette fois encore le Marché de figures de styles inédites épuisant un catalogue de subterfuges sans cesse renouvelé afin de poursuivre un périple qui tenait plus du voyage d'agrément que du chemin de croix.

Ainsi les grandes banques américaines auraient négocié avec les autorités les résultats de leurs "stress tests", tests de résistance à un approfondissement de la crise, affirme samedi 9 mai le Wall Street Journal sur son site internet.

Rien que de très habituel...Il s'agissait surtout d'éviter de s'enfoncer au cœur du labyrinthe miné par les actifs toxiques en entamant une nouvelle chasse aux papillons destinée à faire revenir les investisseurs sur les places de Marché pour remplir le tonneau des danaïdes.

Nous étions bien loin du capitalisme moralisé dont l'avènement était annoncé et qui réconcilierait les hommes et la finance et jetterait les bases d'une mondialisation heureuse.

Le charme des nourritures terrestres restait aussi puissant que les pensées de Madoff :

Ma vie a été magnifique, j'ai eu tout ce que je voulais y compris la ferrari de mes rêves et les femmes de mes meilleurs amis.

A Giordano Bruno redécouvrant l'amour de Dieu en termes d'astrophysique, la Money Power préférait une nouvelle fois encore le Western Spaghetti version «le bon, la brute et le truand» différant l'attaque d'un sujet à haut voltage qui menait de la réticence au repentir.

Nécronomiquement votre

 

 

 

 

 

 

13/12/2008

Marketing de la non violence


Comment empêcher la montée de la violence, les risques d'émeutes en période de crise grâce au libéralisme ?


Il suffit d'adopter le modèle de certains pays d'Afrique (colonie en exportation)
Un ami zaïrois dont la grand-mère est morte en faisant ses courses dans un centre commercial, un avion ...authentique ...
étant venu s'encastrer... me confiait que beaucoup de gens étaient devenus non violents car les frais d'hospitalisation étaient devenus trop cher
et parce qu'on ne pouvait sortir du commissariat sans verser de l'argent.
En pareil cas, la famille étant responsable.
Comme quoi, on peut préserver la paix sociale même sans allocations familiales.

Nécronomiquement votre