20/02/2012

Die großen Katastrophen

 Aux Icebergs qui dérivent,

 


"La situation est catastrophique mais c'est encore rien comparé à ce que cela aurait été si ça avait été pire...."


Coluche /Sarkozy


De Krugman à Soros qui vient de le confirmer hier dans Der Spiegel, nombreux sont ceux qui au fil des ans nous ont rejoint pour crédibiliser l'hypothèse inéluctable de la TGD.

Concrètement, non seulement la situation est catastrophique mais elle est, en fait, dans le cas d'une TGD encore pire que ce l'on veux encore nous faire croire.

Comme vient de le souligner une étude parue la semaine dernière, du National Institute of Economic and Social Research, , la situation en Angleterre est pire qu'un 1930, idem pour l'Italie, l’Espagne et bien sûr la France puisque lors de la précédente Très Grande Dépression, il n'y avait dans notre pays que 500 000 chômeurs contre 5 Millions aujourd'hui...

Ici bas, s'arrête le règne des magiciens magiciens de L'Excel Hans et Gretchen. Fossoyeurs du bon sens qui permettait aux gens de ne pas s'endetter en prenant des crédits qu'ils finiraient par ne jamais payer sur la simple projection d'une cellule informatique dont il il suffit de connaître la formule pour changer le résultat...


Le Pire(é) n'est jamais certain, mais ses habitants sont désormais plus près de la mer que des coquillages...Leur miracle économique fut aussi le notre...Leur sort le sera également...


En route pour la TGD...

PS : A titre désormais anecdotique, je ne peux que confirmer l'article exclusif de Libé de ce jour sur Borloo/Véolia...

Les rv ont bien eu lieu et Nécronomie Internationale vous livre en exclusivité le lieu du dernier RV...En l'occurrence le Georges V, vendredi dernier...(je les ai croisé).

Jeans louis y inaugurait en compagnie de Minc le nain diabolique, son nouveau Brushing... Preuve ultime s'il en fallait encore que la nouvelle donne, c'est demain mais que c'est aujourd'hui que les cartes se distribuent...Décevant (de la part de J-Louis) et écoeurant...Comme disait l'ami Egolf, il est temps de tuer le veau gras et d'armer les justes...

http://www.liberation.fr/politiques/01012391033-borloo-a-...


 

13/02/2012

Necronomie : Zorba le grec nous montre l'exemple

" Tu sais, on peut voir l'avenir d'après ça..."

 

Remplacez l'interlocuteur de Zorba (Anthony Quinn) par Christine Hagarde version Lagarde à vue FMI....Tout est dit....

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=5sxWR35S710

 

Nécronomiquement votre

15/01/2012

Note biodégradable

 

Tous ces peuples étaient grands, parce qu'ils avaient de grands préjugés. Ils n'en ont plus. Sont-ils encore des nations ? Tout au plus des foules désagrégées.

De l'inconvénient d'être né,

Emil Cioran

 

 

Pendant que les politiques jouent encore la fable de la récession vaincue avant de jouer celle de la TGD à venir, aucun mensonge n'occulte plus leur impuissance où spectateurs de premier rang alors que nous sommes sur des strapontins éjectables en bout de salle, ils ont de plus en plus de mal à masquer la triste réalité : à savoir que  désormais incapables d'assumer un rôle protecteur , providentiel et répressif, leur existence même est superflue. Pourquoi seraient ils les seuls épargnés ???

 

c'est pourquoi, en l'absence totale d'une véritable vision, l'idée d'une économie productiviste à l'ancienne sauvée du chaos par la vertu de taxes et de réglementations refait surface. Lorsqu'on est prisonnier d'un historique, on ne peut prévoir l'avenir que dans le marc du passé.

 

Les projets actuels de droite, de gauche et du centre commercial ne visent qu'à nous faire prendre le chemin inverse de l'histoire qui jusqu'à lors nous était contée, nous présentant le tout comme une évolution alors qu'il s'agit d'une régression de plus de soixante ans puisque dés les années 50, le capitalisme avait compris qu'il tirait moins de bénéfices du sucroit de travail des masses laborieuses que de leur propension à consommer n'importe quoi.

C'est d'ailleurs le seul mérite des démocraties de Marché d'avoir dissous la nécessité de produire dans celle de consommer.

Cette période est révolue mais nous sommes tous contaminés et tout changement de paradigme entraînera immanquablement le phénomène de perte du bonheur. Les dépressions ne sont pas qu'économiques.

 

Il va falloir désormais nous apprendre à produire et à épargner dans l'ascèse suivant le modèle luthérien dont on vante les vertus mais dont on oublie qu'il a également créer un lumpen-prolétariat (sous prolétariat) durant l'époque industrielle et qu'il agira à l’identique dans le fantasme de la reindustrialisation rendue impossible par les écarts de compétitivité entre les pays.

 

Et tout cela pour renflouer une dette et des intérêts soumis au diktat de la sacro sainte balance des paiements comme vient de le préciser Standard and poors qui ne fait finalement que rappeler aux Etats les fondamentaux d'un scénario mondial dans lequel ils se sont engouffrés comme un seul homme.

 

En attendant la bulle verte, toutes les notes sont bio dégradables...Les hommes aussi...

Que les politiques cherchent à s'exonèrer de leur responsabilité est une chose, qu'ils comptent nous faire traverser le désert en buvant juste leurs paroles en est une autre.

 

En route vers la TGD

 

PS les politiques n'ont qu'une parole, raison pour laquelle ils la reprennent dés qu'ils en ont besoin.