27/04/2015

L'HOPITAL

« Le plan Paulson est une transfusion sanguine à un malade souffrant d’une hémorragie interne » affirmait Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, en octobre 2008

 

 

 

Carnet du désintoxiqué. Paranoîa du début de privation d'argent à taux zéro.

Cauchemars du sevrage...

La salle de presse de la BCE est pleine. On attend quelqu'un. Un homme entre par une porte latérale, c'est Jean claude Juncker. Il décrit son plan suivant le principe de la commission européenne qui consiste à inventer des besoins pour justifier son existence.

Les banquiers européens n'y accordent aucune importance. Tous attendent l'arrivée du maestro Draghi qui seul peut leur délivrer leur potion d'argent gratuit.

Le point critique de la privation de cash se situe non pas dans la phase initiale de la crise mais en fin de parcours juste avant d'être libéré du besoin. C'est alors un interlude cauchemardesque de panique bancaire où la vie semble suspendue entre deux voies divergentes : La croissance ou le survivalisme.

Le maestro arrive enfin.

" Messieurs, vous n'aurez pas souvent l'occasion d'assister à une opération de quantitative easing et la raison en est simple...Elle est inutile sur un plan économique. Pourquoi l'a t'on inventée ? Nul ne le sait. Personnellement, je pense qu'il s'agit d'une création monétaire purement artistique...Comme le torero montre son art et son adresse en se tirant du danger qu'il a lui même provoqué, de même ici, le banquier central met délibérément le pays en danger de mort puis avec une promptitude foudroyante, il le sauve du trépas à la dernière seconde comme pour l'Irlande et bientôt pour la Grèce.

Avez vous déjà entendu parlé de mon compatriote le Docteur Sergio Canavero qui est prêt à réaliser la première greffe de tête sur un corps étranger ? Ses performances opératoires sont des exploits. Il s'arrête au seuil de la porte, lance son scalpel sur le patient à travers la salle puis fait une entrée de danseuse de ballet.

" Je ne leur laisse même pas le temps de mourir" a t'il l'habitude de dire en opérant à une vitesse prodigieuse...

Nous agissons de même, aussi gavez vous les amis et profitez en...Le temps de l'Etat qui tel l'enfant hydrocéphale fait quelques pas avant de retomber car la tête (dette) est trop lourde est révolu pour tous ceux qui sont capables de faire des réformes structurelles au détriment des pauvres et des improductifs.

Vive la Money Power...Vive l'Europa

 

24/04/2015

Personne ne sortira d'ici vivant

 " La vie est brève, nous devons tous disparaître un jour" disait avec à propos le Président Mohamed Boudiaf qui allait être assassiné à l'instant même où il finirait cette phrase.

 Cette constatation a toujours été très vraie, elle prend seulement un goût d'intensité plus vif dans le monde intra connecté.

Combien sont morts aujourd'hui alors qu'il ne se passait rien dans ma journée ?

En cela, le spectacle des migrants et la réponse de l'Europe sont assez éloquents.

J'ai souvent eu l'occasion de le dire et de l'écrire, si l'on avait voulu cesser d'importer de la pauvreté, peut être aurait il fallu exporter de la richesse bien avant surtout dans un monde où le capital s'exporte vers le travail là où il est le moins cher.

En attendant, comme disait le commandant Schill, héros de l'insurrection manquée contre Napoléon qui finit fusillé " Mieux vaut une fin dans  l'horreur que l'horreur sans fin". C'est sans nul doute ce que doivent penser ces centaines de migrants journaliers qui font regretter aux dirigeants européens l'existence d'un Kadhafi qui les avait pourtant prévenu et qu'ils ont contribué à dézinguer.

Ainsi donc, nos représentants européens veulent faire une distinction dans l'accueil de ces pauvres africains entre l'immigration politique et l' immigration économique. Les immigrés économiques embarqués seront reconduits chez eux.

Personnellement, l'économie étant une maîtresse tyrannique,je ne fais  pas de distinction entre le politique et l'économique. Quitter son pays parce qu'on y crève de faim équivaut même si la mort est plus lente à quitter son pays parce qu'on est menacé de mort.

Nos experts les plus libéraux style BFM Business ne nous rabâchent ils pas à longueur de temps que la jeune élite française s'exile à la City à Londres ou au USA à cause de la politique en France qui les privent de s'épanouir. On ne peut pas être pour les choses uniquement quand cela nous arrange.

 Dans un monde global économie et politique sont désormais décloisonnés et'il ne peut y avoir que les capitaux qui circulent librement.

Nécronomiquement votre et bon week

 

23/04/2015

Comment triompher de tous ses soucis ?

 

Imaginez le pire et assumez le....

C'est visiblement ce qu'a choisi de faire la Grèce et c'est ce qui commence à faire paniquer les Marchés...et la BCE qui après avoir joué les gros bras a reculé hier devant le risque de rupture.

Hé oui les technocrates faut pas jouer aux rockers si on est pas assez fort, on apprend ça dans la rue....

Les menaces de la Draghinette n'étant plus crédible, le " je te préviens,je t'aurais prévenu" non suivi d'effet à ses limites.... les créanciers ont des soucis à se faire. La peur vient de changer de camp.

Réponse probable mi juillet Dégréçage ou Grexit volontaire...A l'heure où Game of thrones triomphe mondialement, il vaut mieux tomber à genoux que s'agenouiller...

Séquence musicale

Barry Adamson Lost highway soundtrack (c de circonstance)

https://www.youtube.com/watch?v=mncLxVCJt_o

 

 

thYUP7T8EW.jpg