23/03/2020

Dans l'automne froid de 1629, la peste est arrivée en Italie.


La vie ordinaire a été suspendue pendant l'épidémie. Les confréries, associations qui réunissaient des laïcs pour le travail caritatif et la socialisation, ne pouvaient plus tenir de réunions. Les sermons publics étaient interdits. Les écoles de la ville ont été fermées. Les tavernes et les auberges étaient fermées. Les salles de jeux et les salons de coiffure ont été fermés, les jeux de balle interdits. Francesco Rondinelli, un historien contemporain de la peste, se souvient que, sans célébration de carnaval, `` le football n'a jamais été joué, personne n'a fait le tour des masques, et aucune comédie d'aucune sorte n'a été jouée, ni représentation, ni événement joyeux ... ainsi pendant l'été, il n'y avait pas de palio, ce qui impliquait nécessairement une grande foule. »Les lieux de travail étaient également fermés. Les églises ont également été fermées et les messes interdites. Les prêtres de la paroisse se tenaient dans la rue pour entendre les confessions des paroissiens à travers les portes et les fenêtres, se couvrant la bouche avec un tissu ciré pour résister aux «graines de maladie». Des autels portables ont été construits aux coins des rues, de sorte que la messe pouvait être entendue dans plusieurs rues à la fois. Le dimanche matin, le prêtre a sonné une petite cloche pour alerter les personnes confinées chez elles que la messe allait commencer. La peste signifiait que la vie était interrompue par des barrières: les murs de la maison, la feuille cirée entre le laïc et le prêtre, le bec surnaturel porté par le médecin de la peste lorsqu'il posait des médicaments aux patients.

Lire la suite

22/03/2020

La nécro du jour

 

 

civid 19,coronavirus,récession,dépression,épidémie monde,la pesteAugmentation massive du nombre de décès et de cas au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne, en Italie et en France
Décès à New York et dans le New Jersey
L'Italie passe sous verrouillage total
L'épidémie de Rikers s'aggrave: 21 détenus
NY Gov Cuomo: "des mois, pas des semaines" pour contrôler le virus
L'Ukraine déclare la quarantaine totale
La Belgique voit 25% de cas en hausse
L'Arabie saoudite signale une hausse de 10%
Le gouvernement allemand met fin à des années de restrictions budgétaires avec un programme d'aide de 365 milliards d'euros
L'espace aérien de NYC fermé après un test positif du contrôleur de la circulation aérienne
NJ déclare le verrouillage complet de l'état; "prendra des mesures" pour les personnes ne suivant pas les précautions
La FDA autorise le premier test COVID-19 de 45 minutes
US Fiscal Aid: environ 2 000 milliards de dollars (10% du PIB), Kudlow
Les autorités demandent de plus en plus l'annulation des Jeux olympiques de Tokyo

21/03/2020

ALERTE PSYCHIATRIE

Biopolitique, psychiatrie et sélections.
YMD - 21 Mars 2020

Le processus de sélection du vivant est enclenché, garanti par la hiérarchie biopolitique, qui en organise la traite, au dépend de l’existant.

Comme sous Vichy, les malades mentaux ne sont pas prioritaires, et aujourd’hui pour être protégés du virus, de par les incontournables allées et venues des soignants.

Nos gouvernances algorithmiques, si bien structurées dans leur chaine de commandement pour organiser de façon comptable, la pénurie des moyens et effectifs depuis plusieurs années, se montrent incapables d'imaginer autre chose, que de prendre acte sans broncher, des restrictions de priorités sélectives de l'ARS.

Les hiérarques de tous étages, sélectionnés préalablement pour leur aptitudes à appliquer, également sans broncher, les consignes des gouvernances biopolitiques, et non sur leur génie ou leur expérience de soins réels, se montrent incapables de s'insurger contre la fatalité, pour construire et imaginer avec nous tous, collectivement, des parades de bon sens clinique face a la situation. Ils n'essaient même pas, ils n'en restent qu'aux directives de gens qui ne savent pas ce que nous faisons.

Ainsi, en toute logique, face à une crise de cette ampleur, seule la logistique de la traite du vivant s'applique, la logistique biopolitique.
Cette dernière s'oppose, non pas à la fatalité pour tenter - au moins - d'imaginer des réponses avec celles et ceux qui sont sur le terrain, mais justement contre celles et ceux qui tentent de trouver des solutions adaptées aux terrains qu'ils connaissent.
Le processus de sélection est amorcé dans un contexte de pénurie organisée depuis de nombreuses années par tous les gouvernements.

Les patients psychiatriques, les handicapés profonds, les personnes âgées, que ce soit en psychiatrie, dans les EPHAD, les MAS, ne sont pas prioritaires.
Ils ne le sont pas dans la prévention qui consiste à les protéger des soignants qui vont et viennent, par le port de masques, ils ne le seront pas dans la cure des réanimations débordées.

Dés lors, nous devons, dés maintenant, nous organiser à la base et destituer de fait, par nos actes directs et solidaires, les gouvernances biopolitiques.

Tout du moins le tenter !