11/04/2020

Changement d'herbage réjouit les veaux

Changement de culotte réjouit les crottes

HYPE.png

 


Gros pavé dans la mare des institutions financières
Et ouverture possible d'une porte qui jusqu'alors restait fermement close contre vents et marées
Là où l'ensemble des États financent leur dépenses en s'endettant sur les marchés, la Banque d'Angleterre va financer directement l'État par création monétaire pour l'aider à supporter les dépenses liées à la crise du coronavirus.


Monétiser la dette « nuirait à la crédibilité [de la banque centrale – ndlr] sur le contrôle de l’inflation en érodant son indépendance opérationnelle. Cela conduirait également à terme à un bilan de banque centrale insoutenable et est incompatible avec la poursuite d’un objectif d’inflation par une banque centrale indépendante », écrivait encore Andrew Bailey dimanche. À l’appui de sa démonstration, il citait les inévitables exemples de la république de Weimar dans les années 1920 ou du Zimbabwe qui a fait fonctionner tant et plus la planche à billets pour se financer, ce qui a conduit à une hyperinflation de plusieurs milliers de pourcents, et une destruction de l’économie. Trois jours plus tard, changement de culotte La banque d’Angleterre a annoncé en début de matinée qu’elle allait financer directement « sur une base temporaire et à court terme » les dépenses supplémentaires du gouvernement britannique liées aux conséquences de la pandémie du Covid-19.

Quant à Laurence Boone de l’OCDE, là encore c’est un changement de culotte complet.
Les gouvernements doivent continuer à soutenir le secteur privé, y compris en prenant des participations, et l’emploi. Cela va demander une forte augmentation des dépenses publiques et d’investissement alors que les recettes diminueront. Une politique monétaire ultra accommodante continuera à aider à l’augmentation des dettes […]. Les lourdes exigences imposées aux finances publiques ne doivent pas conduire à un endettement insoutenable qui effrayerait les marchés : cela demande une réflexion nouvelle et créative sur les questions de politique macroéconomique », plaidait ces derniers jours Laurence Boone, chef économiste à l’OCDE. Institution qui depuis plus de vingt ans n’a cessé de dénoncer l’endettement public.

10/04/2020

Le sacrifice des classes populaires (suite)

George Benjamin, président de l'Association américaine de santé publique (APHA), a indiqué à l'AFP que les populations afro-américaines assez pauvres sont, aux Etats-Unis, plus exposées au coronavirus que des populations plus aisées.
" [Les afro-américains] sont plus souvent chauffeurs de bus, ils prennent plus les transports en commun, ils travaillent plus dans les maisons de retraite, les magasins et les supermarchés ", a-t-il rappelé. Ils continuent donc de fréquenter le grand public et sont particulièrement à risque de contracter le Covid-19 sur leur lieu de travail. Les types d'emplois occupés par de nombreux afro-américains excluent par ailleurs le télétravail.
Au quotidien, dans le cercle privé, il semble également particulièrement difficile pour ces populations d'appliquer des mesures de distanciation sociale : lorsqu'on habite des quartiers pauvres, plus denses, et des logements plus petits, s'isoler apparaît presque impossible. Se faire livrer des courses à domicile est de plus souvent un luxe. " [Finalement,] beaucoup d'Américains noirs et d'autres communautés de couleur n'ont pas le privilège de pouvoir se confiner à la maison ", soulignent plusieurs centaines de médecins ainsi que l'organisation de défense des minorités Lawyers'

En Seine Saint Denis où je vis c'est idem, beaucoups de gens sont livreurs Amazon, caissières, travaillent dans des EHPAD, pas de télétravail ici ni de résidences secondaires.

Le coronavirus est un révélateur extrême des inégalités.

09/04/2020

USA KRACK IMMO A VENIR (la France suivra)


Si vous avez aimé la crise de 2008 et des subprimes, alors vous allez adorer celle de 2020 liée à l'incapacité soudaine et imprévisible des emprunteurs hypothécaires à effectuer leurs versements mensuels programmés alors que l'ensemble de l'économie s'arrête en raison de la pandémie de coronavirus.
Et malheureusement, cette fois, la crise sera bien pire, car, comme le rapporte Bloomberg, les prêteurs hypothécaires se préparent à la plus grande vague de défauts de paiement de l'histoire
Les emprunteurs qui ont perdu des revenus du coronavirus, qui est déjà un nombre en hausse comme l'attestent les 10 millions de nouvelles demandes de chômage au cours des deux dernières semaines, peuvent demander d'ignorer les paiements pendant 180 jours à la fois sur les hypothèques financées par le gouvernement fédéral et d'éviter les pénalités Mais comme le note Bloomberg, ce n'est pas un congé de paiement et, finalement, les propriétaires devront compenser.
Selon les estimations de l'économiste en chef de Moody's Analytics, Mark Zandi, jusqu'à 30% des Américains ayant des prêts immobiliers - environ 15 millions de ménages - pourraient cesser de payer si l'économie américaine restait fermée pendant l'été ou au-delà.
Il s'agit d'un événement sans précédent», a déclaré Susan Wachter, professeure d'immobilier et de finance à la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie. Elle souligne également une autre façon dont la crise actuelle est différente de la crise financière mondiale de 2008: "La grande crise financière s'est produite sur plusieurs années. Cela se produit en quelques mois - quelques semaines."
Pendant ce temps, les prêteurs - comme tout le monde - fonctionnent dans l'ignorance, sans aucun moyen de prédire l'ampleur ou la durée de la pandémie ou les dommages qu'elle causera à l'économie. Si le virus recule rapidement et que l'économie reprend vie, le plan aidera les emprunteurs à se remettre rapidement sur la bonne voie. Mais plus les retombées sont importantes, plus il sera difficile et coûteux de prévenir les reprises de possession.
Mais si la tourmente économique est durable, le gouvernement devra trouver un moyen d'empêcher les saisies - ce qui pourrait signifier annuler une dette, a déclaré Tendayi Kapfidze, économiste en chef chez LendingTree. Et avec le gouvernement désormais bloqué en "mode de sauvetage de tout le monde", le risque de laisser les saisies en spirale est tout simplement trop grand car cela endommagerait les marchés financiers et cela pourrait réinfecter l'économie, a-t-il expliqué.
"Je m'attends à ce que les décideurs politiques fassent tout ce qu'ils peuvent pour tenir la ligne sur une crise financière", a déclaré Kapfidze, faisant allusion à une trace de conflit d'intérêts, car son entreprise pourrait bien être la prochaine à se replier si ses emprunteurs déclaraient un moratoire sur les paiements. "Et cela signifie empêcher les saisies par tous les moyens nécessaires."

Les emprunteurs doivent contacter leurs prêteurs pour obtenir de l'aide et éviter les marques noires sur leurs rapports de crédit, selon les dispositions du plan de relance adopté par le Congrès la semaine dernière. Bank of America a déclaré qu'elle avait jusqu'à présent autorisé 50 000 clients hypothécaires à différer leurs paiements. Cela comprend les prêts qui ne sont pas garantis par le gouvernement fédéral, donc ils ne sont pas couverts par le programme du gouvernement.
Pendant ce temps, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a réuni un groupe de travail pour faire face au déficit de liquidité potentiel auquel sont confrontés les gestionnaires de prêts hypothécaires, qui perçoivent les paiements et sont tenus d'indemniser les détenteurs d'obligations même si les propriétaires les manquent. Le groupe était censé faire des recommandations d'ici le 30 mars.
"Si un grand pourcentage du carnet de maintenance - disons 20 à 30% des clients dont vous vous occupez - n'ont pas la possibilité d'effectuer un paiement pendant six mois, la plupart des prestataires n'auront pas le capital nécessaire pour couvrir ces paiements, », A déclaré Jay Farner, PDG de QuickenChief, dans une interview. Mais pas Quicken, bien sûr

Source zero Hedge