12/12/2010

le FMI au secours de la CAF

Crise & Mutation.jpg

 

 

 

 

 

 

La différence fondamentale entre les déclinologues et les nécronomistes est que nous considérons la crise que nous vivons comme l’explosion d’une bulle qui aura duré soixante ans et qui aura connu une sur accélération ces trente dernières années avec le passage d’un marketing localisé à un marketing mondialisé uniformisant les goûts et les comportements des consommateurs pour une raison évidente d’économie d’échelle et de media planning planétaire.

Cette bulle est celle de la révolution consuméristes qui date des années 50, celle où les consommateurs se sont substitués aux travailleurs transformant nos sociétés de production en société de consommation ou en démocraties de Marché jusqu’à ce que le capitalisme financier décide qu’il n’avait plus besoin ni de travailleurs ni de consommateurs pour faire fructifier son argent.

 

Unique réponse des gouvernants désormais contraints de réaffirmer leur rôle protecteur sans moyens financier après la chute de l’état nation :  L’arsenal répressif.


Comité anti fraude, assermentation prochaine des employés du pôle emploi nous démontrent à quel point, nous sommes revenus au début de la boucle de la bulle ou les organismes d’assistance sociale étaient considérés comme des services de police car les chômeurs et les pauvres étaient considérés comme des fainéants ou des profiteurs.

 

 

On s’interrogera longuement sur le délitement des idéologies politiques de droite comme de gauche qui les amènent à tout connaître des cavaleries financières sans pouvoir les réguler et à ne rien connaître (ou à volontairement ignorer) des techniques de survies des plus pauvres qui ont permis le vivre ensemble au nom d’un seul principe économique durant une période où nous importions de la pauvreté tout en exportant de la richesse en délocalisant.

Privé de sa dépendance à la consommation par l’inévitable baisse des dépenses publiques et sociales, ne restera pour le peuple que la violence de communautés d’intérêt où n’importe quel prétexte du football à l’identité ethnique offrira une occasion de s’exprimer.

Thèbes ne fut elle réanimée par Dionysos par les voies du désordre ?

 

Nécronomiquement votre

09/12/2010

Collector

File0010.jpg

Les débuts de la nécronomie été 2005

Beaux people et Diva Karina

 

 

 

 

 

 

Christophe Bier and Géraldine Dura, Patrick Eudeline, Christian Eudeline, Daniel Darc, Jean-Pierre Dionnet, Jean-Emmanuel Dubois, Yves Frémion, Pierre La Police, Bernie Bonvoisin, Jacky Jakubowicz, Anna Karina, Joe Coleman, Jean-William Thoury, Jean-Pierre Crépin, Laurent Courau, Florent Mazzoleni, Philippe Di Folco, Pierre-Yves Chupin, Nik Cohn, Jean Streff, Yvan Levaï, Noémie Barsolle... ! Great casting but hard times for press mags

 

http://www.its-serious.com/2010/04/cultures-le-magazine-des-cult...

07/12/2010

Traitements pour les uns...Soins pour les autres

 

arton6799.jpg

 

 

 

 

 

Il avait établi son propre diagnostic : Rhumatismes...Il avala toute une pharmacie d’anti-inflammatoires.

René Fallet

Y a-t-il un docteur dans la salle

 

En saluant le désendettement comme un renouveau des Démocraties de Marché (Etats, Entreprises, consommateurs)  la Money Power exprime surtout l'ultime sursaut d'une économie confrontée au risque d’un effondrement de la valeur d’échange, d’une dévaluation mondiale de l’argent, ce qui pour elle signifierait la disparition pure et simple.

 

Il n’y aura pas de nouvelle euphorie sans dépression, ne resteront donc dans cette période qui précède une mutation que les perfusions morphiniques réduisant la distance virtuelle qui sépare un salaire d’une allocation, les deux étant promis à décroître au même titre que le traitement des fonctionnaires.

 

Hier encore garanti par un CDI, le bonheur à crédit renonce a son accomplissement terrestre  réintégrant l'au delà  poussiéreux des religions accessibles seulement à qui prie, renonce et meurt.

 

Dans l’incapacité de concevoir une solution hors du système, l’acte d’allégeance au Marché ne commandant pas le privilège d’éblouir les foules, nos gouvernements impuissants n’ont plus d’autres choix que de nous projeter l’image mentale de  la pauvreté chez les autres pour repousser le seuil de l’intolérable chez nous et hop le tour est joué...

 

Un écrivain israélien (sorry me souviens plus du nom) a écrit sur l’histoire d’une dette qui circule. Un type va chez le dentiste et comme il n’a pas d’argent paye avec une reconnaissance de dette. Le dentiste va ensuite chez le boucher et paye avec la reconnaissance de dette de son patient. Ainsi de suite…La dette tourne et finit par la main invisible du capitalisme par se retrouver chez celui qui l’avait émis en premier pour soigner ses dents.

L’homme est donc comblé car cela signifie qu’il ne doit plus rien.

Il est à noter que dans cette histoire que seule circule la dette mais à aucun moment de l’argent...

 

Faisons donc le point sur les techniques nécronomiques de désendettement des pays.

 

1 Emprunter pour recouvrir ses dettes

2 Echelonner sa dette

3 renégocier l’échelonnement de sa dette une nouvelle fois (comme la Grèce dernièrement).

4 Négocier sa dette (tout ou partie) genre je paye ce que je peux et le reste vous vous asseyez dessus

5 planter tout le monde.(F.U.C.K)

 

 

En route vers la TGD