23/11/2018

Gilets jaunes et petits homme verts

 

proprete.png

Un gilet jaune dans mon ghetto

 

 

L’originalité de la période que nous vivons et la macronie en est la démonstration, c’est non seulement la réduction drastique des budgets sociaux (la fameuse casse sociale) mais surtout la redistribution à l’envers cause de la révolte dans le pays. On redistribue désormais des pauvres vers les riches. Du bas relégué vers le haut intégré.

Et ce dans toute l’Europe, c’est la cause profonde des explosions populistes.

Christopher Lash avait parlé en son temps de la sécession des élites. Ainsi le monde d’en bas serait constitué d’homophobes, violents, alcooliques, illettrés sans souci de l’avenir de leurs enfants, racistes et xénophobes, j’en passe et des meilleurs.

Point important : c’est la première fois que les plus modestes ne vivent plus là où se crée la richesse et surtout ne pourront plus y vivre. Comment être mobile si on n’a pas d’acquéreur pour sa maison ? Et qui voudrait s’installer dans des déserts médicaux où la voiture est nécessaire pour tous les actes de la vie quotidienne. La concentration de la création d’emploi dans les zones urbaines de plus de 500 000 habitants est le modèle unique de la mondialisation. Les territoires qui dysfonctionnent ne sont pas uniquement les ghettos surmediatisés mais des villes moyennes ou des petites villes. La France des périphéries…

La vague populiste dans le monde occidental est la réponse du monde d’en bas au plus grand plan social de l’histoire. Celui des classes moyennes. Un plan social que les medias traditionnels ne veulent pas voir car contraire à leurs business model.

Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (...).

Patrick Lelay TF1

 

Cette désespérance dont les media ne parlent jamais est aussi la cause de leur rejet par le mouvement des gilets jaunes dont le « reste à vivre » les exclut de la société de consommation à laquelle on les a éduqués et qui se battent sans aucun moyen et sans représentation politique pour préserver leur identité sociale et culturelle dans la mondialisation. Il y a encore peu à grand coup de gadgets électroniques, d'écrans plasmas et de smartphones, la money power leur faisait encore croire qu'eux aussi, ils étaient en mutation et que le progrès irradierait leur vie dans les prochaines années.

A tout cela, les gilets jaunes, et à raison, ne croient plus. Fin du conte de fée.

 

NO.jpg

 

L’excellent Christophe Giulluy, l’explique d’ailleurs fort bien dans ce remarquable livre. Approved sans modération par Nécronomie Internationale/

 

 

 

 

 

18/11/2018

Axome de Castaner, bulle verte et gilets jaunes

 

 

Fernand de l’ancien monde devenu à l’insu de son plein gré sauveur de la planète et militant écolo

 th0Fgeek.jpg" Le vert, c'est une belle couleur"

bulle.pngCANNA.jpgpmu.jpg

 

 

Tout est permis à un gouvernement qui se revendique de l’écologie et de la santé des générations futures. Les gilets jaunes l’apprendront à leur dépend. Il n’y a rien à attendre ou même à espérer. C’est au nom de l’écologie qu’il faudra désormais se serrer la ceinture car comme je l’expliquais dans Crise et Mutation, la bulle verte, le recyclage du capitalisme est l’unique moyen de revendre tout à tout le monde. Toutefois la promesse faite aux jeunes de reconstruire tout ce que leurs parents ont détruit sur l’incitation des pouvoirs successifs, se heurte à une équation économique immorale. À savoir que les retraités considérés alors comme jouisseurs alcooliques, fumeurs et dieselés (axiome de Castaner) par les jeunes générations toucheront plus d’argent que les sains reconstructeurs du nouveau monde. C’est ainsi que l’on peut considérer que le vertu n’est que la fille du vice comme l’écrivait le divin marquis.

 

Allez Fernand, on en a vu d'autres des mutations et surtout n'oublie pas que les taxes ne sont là que provisoirement pour accompagner de force ton changement de comportement.

Ouais, provisoirement à titre définitif comme dab...

 

17/11/2018

Vulgarisation nécronomique : l'offre et la demande version psy

 

 

 

offre,demande,psychiatrie,economie,necronomie,marcel la feignasse,syndrome de koro,syndrome de dhatLe témoignage bouleversifiant de Marcel la Feignasse bandicapé 

 

"En fait quand j'ai été séparé de mes parents à la demande de ma mère pour être confié à ma grand mère, je devais voir une psy toutes les semaines. Cela a duré jusqu'à l'âge de seize ans. Elle démarrait dans la vie professionnelle. J'y allais car elle m'attirait physiquement.

 Une fois, j'avais été pris en train de voler de la pâte d'amande au prisunic mais aux yeux de l’assistante sociale, je n’étais pas un voleur. À l’origine, j’étais un obsessionnel compulsif. Elle venait d’obtenir son diplôme et avait encore tous ses textes de référence pour le prouver. Les obsessionnels compulsifs, me dit-elle, se consacraient soit à la vérification des choses, soit à leur nettoyage.Selon elle, j’appartenais à la seconde catégorie et je voulais simplement vérifier que la pâte d'amande était bien de la pâte d'amandes

 L’assistante sociale m’énonçait les symptômes, et je faisais de mon mieux pour les illustrer de façon manifeste avant de la laisser m’en guérir.

 Après avoir été un obsessionnel compulsif, j’ai été un cas de stress post-traumatique. A cause des engueulades de ma grand mère après le vol.

 Pendant environ trois mois après ma première rencontre avec l’assistante sociale, j’ai été un cas de dissociation de la personnalité parce que je ne voulais pas parler de mon enfance avec la dame.

 Puis j’ai été un schizoïde parce je ne voulais pas me joindre au groupe hebdomadaire de thérapie qu’elle dirigeait.

 Ensuite à l'aube de mes quinze ans parce que j'avais eu le malheur de lui raconter que j'aimais pas me mettre nu dans un vestiaire avec d'autres adolescents et pensant qu'elle allait me diagnostiquer un complexe du vestiaire (penser que l'on un sexe plus petit que celui des autres), elle jugea qu'il fallait être plus ambitieux dans une étude de cas.

j’ai donc eu le syndrome de Koro, lorsque vous êtes convaincu que votre pénis devient de plus en plus petit et que, une fois disparu, vous mourrez.

 Après cela, elle m’a fait avoir le syndrome de Dhat, lorsque vous êtes en crise parce que vous êtes convaincu que vous perdez tout votre sperme lorsque vous avez des rêves mouillés ou que vous pissez un bock. Elle m’a dit qu’il n’était pas surprenant que je sois tout le temps fatigué.

 À chacune de nos séances, elle me diagnostiquait un nouveau problème qu’elle me croyait susceptible d’avoir, et elle me donnait un livre afin que je puisse y étudier les symptômes. La semaine suivante arrivée, j’avais ledit problème, quel qu’il pût être, aussi sûr que deux et deux font quatre.

 Une semaine, pyromane. Une semaine, trouble d’identité sexuelle.

 En qq sorte, je suis devenu un spécialiste à l'insu de mon plein gré, c'est peut être la que j'ai raté le coche finalement. J’aurai pu être économiste au lieu de vivre d'une alloc ha,dicapé.

Merci Marcel pour cette vulgarisation nécronomique