15/06/2015

Dégrèçage ou inertie temporelle ? Les Paris troyens sont ouverts....

 

crise euroe,grece,revolustion,evolution,faillitte,grexit,economie

La nécronomie est l'art étrange de faire des portraits sans modèles ou plutôt des portraits de pays qui n'ont plus de business model ou qui doivent en changer de manière violente de façon à survivre.

Dans ce contexte, les peuples ne sont plus rien. Juste une grille sur un tableau Excel : si je diminue les retraites de 30 %, ça donne quoi....Ahh pas mal....Et si j'augmente la TVA de 5 points....Ahhh, encore mieux

Bon, bah on a qu'à faire un mix des deux....Le voilà notre excédent primaire de 1 %...

Toute intrigue nécessite un développement temporel, des aspirations, des perspectives.

Dans le cas de la Grèce, n'y a pas de développement temporel. La situation est la même depuis deux ans. Il n'y a donc ni passé, ni futur, uniquement un vrai faux présent permanent toujours renaissant. Dans ce contexte twitterien, tel incident survenu hier paraît plus vieux que tel autre survenu il y a mille ans.

Il n'y a pas non plus d'aspirations ou de perspectives pour le peuple puisque ce qu'on leur propose est sans espoir social et sans dimension historique.

La dette est une substance morte qui se reproduit comme un être organique mais il est des prières que seule la mort peut exaucer.

Pour cela la faillite ne doit plus être l'exception mais devenir la règle.

Réponse Jeudi, en cas de Grexit, j'utiliserai ma cygnature noire, la seule qui convienne...(inventer des maux)

13/06/2015

Pourquoi Marchons Nous Hébétés ?

45402.jpg 

 

 

 

 

 

 

Il est  des dettes qui pareilles à la lèpre, rongent les pays lentement dans l'indifférence.

Ce sont là des maux dont on ne peut s'ouvrir à aucun autre pays. La dette, on peut s'y pendre pas s'y suspendre.

La Grèce en fait la triste expérience et il faut un courage inouï à ses dirigeants et à son peuple pour résister la pression de la commission européenne qui tel un chien affamé reniflant des immondices, et qui, du plus loin qu'il voit quelqu'un apporter des déchets, prend peur, court se cacher, puis revient choisir parmi les rogatons frais, les morceaux qui lui plaisent.

La situation de la Grèce, nous dit-on, est à ranger au nombre des accidents extra-ordinaires et si jamais un nécronomiste les décrit par la parole ou par la plume, les gens, respectueux des conceptions couramment admises, qu'ils partagent d'ailleurs eux-mêmes, s'efforcent d'accueillir son récit avec un sourire ironique.

La Grèce est une erreur de l'Eurozone proclame les dirigeants européens n'ayant aucun autre rémède à proposer que l'austérite qui ne paye plus les loyers et l'électricité.

La situation est devenue surréaliste /

J'ai encadré mon loyer,je l'ai mis dans le salon et je parle à ma lampe, il faut qu'elle me comprenne...

La vérité, c'est que, comme je le dis souvent, nous ne sommes que des funambules qui avançons de bulles en bulles ou peut être, puisque nous marchons hébétes, des somnambules qui naviguons de bulles en bulles.

Pénétrera-t-on un jour le mystère de ces accidents métaphysiques, de ces reflets de l'ombre de l'âme, perceptibles seulement dans l'hébétude qui sépare le sommeil de l'état de veille ou le sommet de l'Etat qui veille du sommeil.

Rien n'est moins sûr avec des ministres qui gravitent entre ciel et terre... 

 

 

09/06/2015

Bienvenue chez leviathan (vous avez des meubles...)

triunfo-revolucion_sandinista.jpg

clash,montebourg,pigasse,nabila,crise eurozone 

 

 

 

Quelle était l’énigme ? La perversité forcenée de la Money Power pouvait elle conduire à la lumière que rien ne peut éteindre, la consommation durable ?

Larry Summers futur prix Nobel d’économie le pense : La stagnation séculaire est là depuis les années 80. Autrement dit Dépression légère dissimulée par deux bulles, celle de l’Internet puis celle de l’immobilier. Krugman pense de même. La trappe à liquidités permanente (voir archive la trappe nigaud)

Vous le constatez, chers amis nécronomistes, nous n’étions pas loin. Nous avions juste prédit une TGD (très Grande Dépression) et une stagdéflation.

La messe n’est pas encore dite. Ce qui nous a séparé de Summers n’est rien d’autre que les méthodes non conventionnelles à savoir le quantitative easing qui si il ne sert à rien sert au moins retarder les choses. (La transfusion à celui qui souffre d’hémorragie interne).

Les politiques commencent réellement à sentir la catastrophe de NKM, à Montebourg et dans ce contexte d’économie de bulle masquant la dépression, la conférence sur le climat est évidemment très importante car elle peut marquer le lancement mondial de la bulle verte.

Alors que faire en pareille période ? Dans une telle conjoncture, chacun cherche refuge dans une habitude solidement enracinée, une manie : le buveur boit, l'écrivain écrit, le sculpteur sculpte, le fonctionnaire fonctionne, Nabila montre ses fesses sur Yahoo France bref, chacun a recours pour mettre fin à son tourment au mobile le plus puissant de sa vie.

Hébétés, nous marchons vers le désastre  réalise Montebourg qui se prend désormais pour Joe Strummer le défunt leader des Clash (l’influence de Pigasse le Banquier de gauche propriétaire des Inrocks).

Hé Arnaud, Joe ce qu’il disait, c’est Sandinista…Pas Habitat

 https://www.youtube.com/watch?v=Qy7nLTjEbKc

J’aimerai retrouver l’espérance en achetant des meubles…

Comme dit Houellebecq.

Pauvre Filipetti, passer de Piketty à Montebourg c’est vraiment un grand écart fessiale…