11/06/2020

Consommateur zombie, entreprise zombie,Etat zombie...

coro.png

 

Tout repose désormais sur la croyance des créanciers dans la capacité des États à rembourser plus tard leurs dettes, en ponctionnant in fine, via la fiscalité, une masse sociale de valeur nouvelle qui sera produite dans le futur. Certes, à la suite des guerres napoléoniennes ou des guerres mondiales du XXe siècle, de nombreux États ont été parfois plus encore endettés qu’aujourd’hui, en dépassant largement les 200% d’endettement par rapport à leur PIB. Mais ces dettes colossales ont été remboursées grâce aux booms économiques qui ont suivi ces guerres, et qui sont généralement liés à une hausse de la compulsion de productivité permise grâce aux première, deuxième et troisième révolutions industrielles, à l’inflation forte du fait d’une pénurie d’offre liée aux capacités de production détruites et aux besoins sans précédents d’une reconstruction de territoires dévastés. La situation aujourd’hui est bien différente. La déflation est partout présente, notamment en Europe et la chute libre du pétrole va pousser encore plus les prix à la baisse, les promesses d’une nouvelle hausse de compulsion de la productivité grâce à l’« industrie 4.0 » ne sont toujours pas au rendez-vous ; aucune capacité de production n’a été détruite et les surcapacités productives sont déjà très conséquentes en Chine comme ailleurs. Le ralentissement économique mondial est déjà bien ancré avant même la crise du coronavirus. Ainsi, dans l’avenir, le risque est plus grand encore de voir l’éclatement des bulles étatiques nourries à grand renfort d’hormones de croissance pendant la crise du coronavirus. On l’a vu en Europe, avec le débat sur les « coronabonds », ou encore l’annulation des intérêts de la dette pour l’Afrique subsaharienne. Les risques sont grands de voir poindre un retour de crises sur les dettes souveraines. Tout l’avenir du château de cartes montant jusqu’au ciel, qui menace toujours plus de nous ensevelir au moindre souffle, ne repose que sur la croyance des créanciers dans les politiques étatiques de relance de la sphère de la valorisation à la sortie du confinement.

 

Commentaires

Perdition

Loin des ailes juvéniles
Ayant porté de lourdes charges
Et le rire pourtant s'invite
Aux banquets de l'étrange
Le coeur brisé des abattages
Et ce qui pousse on ne le voit pas
Profondeur de champ ronronne
Quand le tumulte fait sa sieste
Privations et opposées
Jouent lentement la vie durant
Et jusqu'au nadir de nos êtres
Un vieux refrain bien lancinant
Caresse encore l'âme champêtre
Du solitaire aux deux amants
Dignement droit dans la défaite
Excellent Not Your Hair charmant
Ainsi va la vie des peut-être
Comme les radeaux de peu de vent

Écrit par : Vincent | 11/06/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire