12/04/2020

Les Nécros du jour

news necronomiques,necronomie,futur crise,récession,très grande dépression,fin capitalisme,macron,coronavirus,covid 19;chomageDans les économies industrialisées, où environ 70% de la main-d’œuvre est employée dans les services, d’innombrables entreprises dans une myriade de secteurs d’activité échoueront dans un effondrement financier continu qui éclipsera la Grande Dépression.
Cela concerne l’ensemble des 47 millions de travailleurs américains qui seront bientôt licenciés – avec un taux de chômage explosant à 32%. De même, Oxfam a averti que d’ici à ce que la pandémie ne se termine, plus de la moitié de la population mondiale de 7,8 milliards de personnes, pourrait vivre dans la pauvreté.
https://www.businessinsider.fr/us/fed-unemployment-foreca...
Selon le scénario le plus optimiste de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) pour 2020 – qui sera certainement dépassé avant la fin du printemps – le commerce mondial serait réduit de 13%. Un scénario plus réaliste et plus sombre de l’OMC voit le commerce mondial chuter de 32%.
Quant à la Money Power, Goldman Sachs voit un arrêt sans précédent de l’activité économique, avec un recul du PIB américain de 24 % au deuxième trimestre Les économistes de Goldman Sachs prévoient une récession historiquement forte et rapide, le PIB du deuxième trimestre s’effondrant de 24 % après un recul de 6 % au premier trimestre ». L’économiste de GS prévoit une nouvelle baisse du PIB de 5% au deuxième trimestre.
Bloomberg n’est pas en reste au niveau bonne nouvelle :
Les prêteurs immobiliers se préparent à faire face à 15 millions de défauts de paiement de prêts hypothécaires aux États-Unis« . C’est ce qu’affirme Bloomberg (2 avril), ajoutant que « les défauts de paiement des prêts hypothécaires seraient bien au-delà de ce qu’on a connu en 2008 ». Les prêteurs hypothécaires se préparent à la plus grande vague de défauts de l’histoire.
https://www.bloombergquint.com/onweb/home-lenders-brace-f...

Commentaires

A Global Consumer Default Wave Is Just Getting Started
https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-03-29/a-global-consumer-default-wave-is-just-getting-started-in-china
Le crédit à la conso, aussi ...
Europe, nous voilà !

Écrit par : Loan Institute | 13/04/2020

Répondre à ce commentaire

« Réflexions capillaires : terminons sur une note plus légère mais au combien symbolique. Vous avez sûrement constaté au cours de vos déambulations autorisées que les coiffures de vos connaissances se font plus approximatives et que la belle chevelure flamboyante de votre voisine commence à sérieusement ternir à la racine. C'est le contrecoup (terrible !) de l'inactivité imposée aux capilliculteurs de tout poil. La teinture à cheveux est le dernier must-have du panier de courses. Et ce n'est pas une blague : le patron de Walmart (la plus grosse chaîne de grands magasins des Etats-Unis) a déclaré samedi que la crise du coronavirus a atteint le stade du soin du cheveu,
au vu des paniers d'achats qui transitent en caisse. D'abord les gels hydroalcooliques et les désinfectants, puis le papier toilette et la nourriture. Et désormais, tondeuses et colorations. Un très beau sujet d'étude pour la sociologie. »

On avait déjà parlé des kits de coiffures, préservatifs et autres.
C’était au début et en Chine.
Le monde se prépare à un afflux rouge-à-lèvres, comme à chaque
( future ) sortie de crise.
D’ici là, l’on peut voir les poissons dans les canaux de Venise.
L’eau et l’air sont plus bleus en Inde, et pas qu’à Benares
( La régulation étatique de l’industrie à démontré son fiasco comme jamais ).
Face à la vente de bouquins virtuels, les librairies classiques s’organisent. C’est fou ce qu’il y a comme livreurs ( sic ) en ce moment.
Ruée à la ferme et rue fermée. C’est tout bon.
Vivement la deuxième vague. Ce sera peut-être l’époque de la tarte aux prunes. Enfin on espère.

Écrit par : Consumer Institute | 14/04/2020

Répondre à ce commentaire

La citation sus-mentionnée vient de À. Bondain, chez zonebourse.
Greenspan et J.P. nous avaient déjà instruits de l’indicateur du slip.
Ce qui est tout aussi certain, c’est que les bonbons-gorge ne connaissent pas la crise. Les éléphants non plus ( faut suivre ).

Écrit par : Consumer Institute | 14/04/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire