28/01/2020

VIRUS

LA RÉALITÉ DU PRÉSENT est faite, comme jamais elle ne le fut .Le quotidien voit son lot d’horreurs augmenter sans cesse, accompagnant une apocalypse rampante de l’environnement. L’aliénation des esprits et les polluants se disputent la prédominance dans la dialectique de mort qui régit la vie d’une société divisée et gangrenée par la technologie. Le cancer, inconnu avant la civilisation, est devenu une épidémie dans une société de plus en plus stérile et littéralement tumorale. Bientôt, tout le monde consommera des drogues ; qu’elles soient délivrées sur ordonnance ou vendues sous le manteau ne constitue plus qu’une distinction formelle. La thérapie des troubles de l’attention offre un autre exemple de la tendance coercitive à médicaliser l’angoisse et l’agitation généralisées qu’engendre une réalité toujours plus frustrante. L’ordre dominant fera, à l’évidence, tout son possible pour nier la réalité sociale. Sa technopsychiatrie considère la souffrance humaine comme étant de nature biologique et d’origine génétique. De nouvelles pathologies, résistantes à la médecine industrielle, se répandent à l’échelle planétaire, ainsi que le fondamentalisme religieux – symptôme de frustration et de profonde misère psychique. Et la spiritualité New Age (la « philosophie à l’usage des cancres » d’Adorno), ainsi que les innombrables variétés de thérapies parallèles se complaisent dans d’ineptes illusions. Prétendre que l’on peut être entier, éclairé et apaisé au sein de la folie actuelle revient à accepter cette folie.
Le fossé entre riches et pauvres s’élargit. La colère monte et les mensonges de la propagande, qui assurent la survie du système, ne rencontrent plus la même crédulité. Ce monde où règne le faux ne trouve plus que l’adhésion qu’il mérite : la méfiance à l’égard des institutions est presque absolue.
Notre époque postmoderne trouve son expression essentielle dans la consommation et la technologie, qui donnent aux mass media leur force stupéfiante. Des images et des slogans, percutants et faciles à digérer, empêchent de voir que le spectacle terrifiant de la domination repose essentiellement sur la simplicité des représentations. Même les échecs les plus flagrants de la société peuvent servir à cette entreprise d’hypnose collective, comme dans le cas de la violence, source d’infinies diversions. La mort du monde naturel et la pénétration par la technologie de toutes les sphères de la vie se déroulent à un rythme toujours plus rapide. La presse informatique branchée, les marginaux technoïdes, les cyber-n’importe-quoi, la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle : tout ça… jusqu’à la vie artificielle, ultime science postmoderne.
En attendant, notre Âge de l’ordinateur « postindustriel », a pour principale conséquence notre transformation accélérée en « appendices de la machine », comme on disait au XIXe siècle. Le système, en son atroce arrogance, s’attend à ce que ses victimes se satisfassent longtemps de voter et de recycler leurs déchets en faisant semblant de croire que tout ira très bien. Le spectateur, disait Debord, est seulement supposé ne rien savoir et ne rien mériter.

Aujour d'hui les experts commencent à dire ce que j'explique de puis plus de dix ans à savoir qu'il n'y aura pas de mutation sans dépression.

https://insolentiae.com/transition-ecologique-krach/

Commentaires

" Et la spiritualité New Age (la « philosophie à l’usage des cancres » d’Adorno), ainsi que les innombrables variétés de thérapies parallèles se complaisent dans d’ineptes illusions. Prétendre que l’on peut être entier, éclairé et apaisé au sein de la folie actuelle revient à accepter cette folie. "

" Revient à accepter ", alors oui, parfaitement, j'accepte.
Quand il fait 35 degrés, celui qui ne l'accepte pas, il est mal barré.
Quand aux Old et No Age, je trie le bon grain de l'ivraie.

Bonne Soirée

Écrit par : Le cancre Vincent de la Touffe | 28/01/2020

Répondre à ce commentaire

A Vince

Je tire aussi le bon grain de l'ivresse
comme tu l'écris si bien la réalité dépasse l'affliction

Écrit par : necronomie | 29/01/2020

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord.

Écrit par : JL | 29/01/2020

Répondre à ce commentaire

Merci JL pour tes encouragements, ça fait chaud au cœur de constater que l'on ne prêche pas dans lé désert nécronomique

Écrit par : necronomie | 30/01/2020

Écrire un commentaire