11/07/2019

Nous sommes tous des Vincent Lambert

 

 

 

La-grande-devalorisation.jpgDans les milliers de milliards qui constituent les transactions financières, moins d’1% provient des transactions de marchandises. Autrement dit, l’économie réelle est devenue un tout petit accessoire de l’industrie financière.
Comment est-ce possible ? La réponse est d’une simplicité biblique : en ramenant de la valeur futur sur le présent en anticipant des valeurs futures basées sur du travail non consommé. Preuve si il en est que le virtuel est devenu définitivement supérieur au réel et qu’il en sera ainsi jusqu’au Grand Effondrement.

Le capitalisme tel que nous le connaissons est donc sous perfusion car il n’est plus porté par des gains dans aucun secteur de l’économie privé.
Tout comme au rugby, les Etats ont envoyés le ballon explosif aux banquiers centraux. Ballon qui contient les dettes souveraines et les crédits pourris. Non content de cela les banquiers centraux proposent même aux banques des taux négatifs pour maintenir à flot la création de capital fictif,
Elles acceptent des titres de propriété qui ne trouvent plus preneur sur le marché comme garantie pour accorder des crédits, Par conséquent, il n’y a désormais plus d’autre possibilités pour éviter le Grand Effondrement que de mettre en place des Eurobonds ou que les Etats s’affranchissent totalement de la règle des 3% pour financer des grands travaux aue l’on baptisera Grand Travaux écologiques pour faire tendance. Comme je vous l’ai dit, il n’est plus impensable que tout cela soit accompagné d’un dividende monétaire versé chaque mois sur le compté des citoyens de la zone euro. Ce qui constituera l’ultime mesure avant la chute finale puisqu’après, il n’y aura plus la possibilité de revenir en arrière. Un faux cadeau pour réconcilier les gens avec l’Europe et éviter que les peuples s’adonne à la tentation dite populiste.

Débranchez-nous que l'on revienne dans le réel !

Écrire un commentaire