06/02/2018

666 Necronomie Power

666.jpg

 

 

 

Vendredi dernier, les traders ont vendu les actions, faisant chuter le Dow Jones de 666 points sur la séance (1000 milliards en deux heures).

666 ça vous rappelle des souvenirs, non ?

Ce n'est pas un hasard si je cite l'ecclésiaste dans A propos

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_la_Bête

 

Les pipoti pipoteurs vont nous dire qu'il s'agit d'une correction saine. La vérité est tout autre. La simple idée que les taux vont remonter terrorise tout le monde.

Eh, le catholicisme sans l'enfer, cela n'est pas possible. Les banques centrales qui rachètent à vie les dettes si cela fonctionne autant distribuer directement du cash aux gens pour faire tourner le tout.

Mais je fiche mon billet et la planche qui va avec que devant la panique les banquiers centraux vont intervenir pour expliquer qu'ils sont prêts à continuer à injecter de l'argent et à différer les hausses de taux. Les marchés comme je n'ai eu cesse de le répéter on été comme tous les actifs inflatés artificiellement de 30 %. Les banquiers centraux ne laisseront jamais une telle correction se faire. Ils la différeront.

Le surgissement désordonné qui a généré la panique a été généré par des anticipations d'inflation notamment des salaires (les marchés n'aiment pas les augmentations de salaires puisque en période de crise, il existe toujours un moyen d'augmenter les profits, c'est de diminuer les salaires).

Bref, dés que le nouveau patron de la FED va prendre la parole, cela va être pour rassurer tout le monde. Le libéralisme ne connaitra pas l'enfer mais le transhumanisme de la dette.

De toutes les façons, marchés actions et obligataires sont amenés à Krachés; Obligataires d'abord, actions ensuite (vase communicant) le feu d'artifice viendra des dettes souveraines...

Commentaires

Moi, j'l'aime bien, Mâame Merkel.
Pendant que les fonds de pension britanniques chiffrent leur rouge en centaines de milliards, elle popote sue l'avenir de l UE avec des collègues à elle. Pendant que D.C. joue à qui veut dépasser le mur se retrouve en escargot, la sérieuz Mâame popote encore. Avec ses collègues ennemis. Quand les mouvements de capitaux font le tour du monde, kè qu'elle fait, la Mâame ? Elle repopote, mais avec des étrangers, cette fois-ci. Et quand elle boude, que croyez-vous que fait le monde ? Il la boude. Na.

Écrit par : L homme qui aima les nuages | 06/02/2018

le point bas sur les taux semble fait au regard de certains indicateurs techniques (cassure de tendance). la fin du QE (définitive?) implique théoriquement que les taux longs remontent vu que les titres seront vendus sur le marché lors de l'allègement des bilans (ou alors j'ai pas compris). les taux longs doivent donc théoriquement remonter cette année, ce que j'attendais depuis deux ans et qui a beaucoup tardé (et ce qui a favorisé la bulle immobilière en france). on ne connait pas l'ampleur de la remontée, mais les mesures de trump, qui font un trou dans les finances publiques US (enfin à MT, hormis le fait que certaines boites ont rapatrié leur cash ce qui fait rentrer à court terme de l'argent), ne font qu'accélérer ce phénomène. le résultat probable est un dégonflement des marchés action. on verra si on peut parler de crise de dette souveraine, mais un tour de vis budgétaire probable s'il y a krach obligataire. pour les pigs (zone euro), c est plus délicat, car la situation reste instable, avec des élections en Italie bientôt.

je pense que le marché action sera sacrifié pour sauver le marché obligataire. difficile de dire si la crise est pour cette année ou pour l'an prochain, mais la récente correction est très suspecte avec la remontée de la volatilité à des niveaux rarement atteints. elle arrive après une très longue phase d expansion des marchés (9 ans), ce qui implique la probabilité non nulle qu'il s'agisse d'un point haut annuel. ce n'est pas certain non plus. personne en 2009 n'avait fait le pari que la reprise des marchés serait aussi spectaculaire, le tout alimenté par des banques centrales qui ont fait n'importe quoi car ont négligé l'inflation des actifs en ayant les yeux rivés sur l'inflation des prix de base qui elle est restée faible (si le prix de la maison fait 30% pendant que le prix du beurre fait 4% et le salaire +2%, qui est perdant dans cette équation...peut on parler d'absence d'inflation). il n'y à qu'à voir le niveau de l'action amazon pour comprendre à quel point ce marché est du grand n'importe quoi.

pour ce qui est de la tendance long terme et de la théorie selon laquelle le marché des bons d'état est entré en bear market long terme, c'est beaucoup moins certain. la déflation induite par la baisse démographique et le poids des dettes passées est un facteur d'ordre 1. le choc sur les taux devrait être temporaire, avant une rechute en récession. par contre je doute que les taux redescendront sur leurs plus bas, à moins d'une nouvelle crise en zone euro qui impliquerait un flight to quality (du style bons d état allemands, suisses, américains)

mais je me suis toujours trompé dans mes pronostics ces dernières années, anticipant une rechute dès 2011-2012. tout faux. il y a de l'inertie, et les banques centrales ont faussé l'analyse fondamentale en introduisant des liquidités en quantité trop importante, ce qui a déstabilisé les cycles normaux de l'économie, des taux d'intérêts, ect.

c'est mon avis, et encore une fois, je peux me tromper. la croissance mondiale n'est pas mauvaise, mais la croissance structurelle en occident est anémique au regard des quantités de dette publique générées pour la maintenir la tête hors de l'eau.

peut être que les banques centrales ont conscience de cette situation et veulent que l’on retrouve une situation plus « normale », même au prix d'un passage à vide.

Écrit par : dan_y44 | 07/02/2018

A l homme qui aimait le cloud
moi j'aurai bien aimé une coalition jamaique avec liberalisation du cannabis
https://info.arte.tv/fr/limpossible-coalition-jamaique
mais bon pas possible
et Maaaaame Merkel va payer cher ses migrants dont on sait maintenant que seul 14 % étaient des réfugiés politiques...qui vont maintenant concurrencer les emplois de pauvres...

Écrit par : nécronomie | 08/02/2018

Salut Dan
content de te lire. Non tu ne t'es pas si planté que cela...Dans l'absolu, je suis d'accord avec ton analyse, il serait logique que les banquiers centraux sifflent la fin de la récré sen sacrifiant les marché actions sur le terme " bon les gars ça suffit, vous vous êtes suffisamment gavé domme ça. La fête du slip est terminée." Ce qui veut dire et tu as raison que les les taux longs devraient remonter mais au stade où nous en sommes je ne pense pas que les banquiers centraux laissent les marchés actions perdre 30 % donc dés qu'il y aura une nouvelle frayeur, il continueront à réinjecter de l'argent et c'est à ce moment là que cela sera tres chaux pour les marchés obligataires...Enfin voilà, je vois les choses comme ça car globalement Greenspan,bernanke et yellen ont œuvrés comme cela et Powell le nouveau patron a toujours suivie Yellen dans ces décisions. Pour moi on en pas fini avec la planche. Après la situation est différente aux USA car ils peuvent baisser un tout petit peu car ils vaient entamer une remontée. En Europe la seule chose que l'on pourra baisser, c'est la dette pour rassurer les marchés donc reausterité pour reflater

Écrit par : nécronomie | 08/02/2018

A Dan

Rien que de dire cela tu vois la panique et la preuve que les marchés n ont pas du tout intégrés la fin de la Easy money
https://www.nytimes.com/2017/03/13/upshot/the-feds-era-of-easy-money-is-ending.html

Écrit par : nécronomie | 09/02/2018

C'est exactement cela. La psychologie de marché, ou du moins une partie de celle-ci, n a pas encore intégré la nouvelle donne. Il faudra pourtant s y faire. Probablement que la berçeuse les a assoupis plus que de raison.

Écrit par : Le Péri Scoop | 10/02/2018

Les commentaires sont fermés.