29/12/2017

Faits d'Hivers

De passage à St Etienne, au gré d'une errance dans les rues, je me suis retrouve au tribunal où étaient jugés en comparution immédiate deux prévenus.

La vraie vie de la France d'en bas, c'est encore mieux que les films de Depardon. Rien à voir avec les salons élyséens et la macronnerie.

Les deux prévenus avaient été arrêtés dans une fourgonnette chargée des outils d'un chantier en cours quelques kilomètres avant le lieu de leur arrestation. Un gendarme effectuant un contrôle de routine avait stoppé le véhicule étonné que la porte arrière de la fourgonnette ne soit pas fermée et claque au vent.

Morceaux choisis

 

Un des prévenu se lève immédiatement et proclame

" Monsieur le juge, je dois dire que je suis totalement étranger à l'affaire..."

"Ah bon" s'étonne le juge

"oui, je suis un auto-stoppeur"

Le juge

"Ah non, toutes les semaines, on nous fait le coup de l'auto-stoppeur..."

"Je n'y suis pour rien, Monsieur le juge, si on a supprimé tous les moyens de transports pour faire des économies"

Le juge :

Bon ok, je connais le discours par cœur puis s'adressant à l'autre prévenu

"Et vous, c'est bien votre véhicule, vous n'êtes pas un autostoppeur ? Vous allez sur un chantier à minuit ?"

Le prévenu : " en fait, Monsieur le juge, je suis tombé sur un portugais qui m'a proposé cent euros pour récupérer du matériel sur un chantier. Je ne me suis pas posé de questions. J'y suis allé.

Le juge

Je ne vous pose pas de questions sur votre "sudation excessive" pendant le contrôle ?

Le prévenu :

"Je sue toujours énormément, j'ai proposé au gendarme de sentir sous mon aisselle. Il n'a pas voulu."

L'autre prévenu, l'autostoppeur reconnaît que le contrôle lui a fait peur, raison pour laquelle il a transpiré.

L'avocat de la défense : 

"Monsieur le juge, j'attire votre attention sur le fait qu'un vol comme le dit la loi, c'est pour s'approprier le bien d'autrui pour soi même hors ici ce n'est pas le cas, le prévenu n'a pas agi pour lui."

Sentence du juge visiblement excédé

Relaxe pour l'autostoppeur (ou le complice)

Dix jours d'amende à quatre vint dix euros jours pour l'homme au portugais (dont on ne saura jamais si il existait)

Depuis Barroso qui voulait nous imposer la directive Bolkestein et n'allait pas tarder à rejoindre la Money Power et Goldmans Sachs, on avait appris à se méfier des portugais (on a pu le vérifier depuis en football). En voici une nouvelle micro-preuve. D'autres questions restent en suspens

Pourquoi le portugais voulait il piquer le matos des plombiers polonais ? Etait une compétition intra communautaire ?

Ne sommes nous pas soixante millions d'autostoppeurs dans un désert urbain mondialisé ?

Qui conduit et pour le compte de qui ?

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.