28/01/2017

Ministère de la Vérité

 

 

Comme disait l’ami Guy Debord «  le Vrai n’est plus qu’un moment du faux ». Ainsi tandis que nous en sommes encore péniblement au concept de travail fictif, les USA sous l’impulsion de Donald nous enseignent le concept de faits alternatifs, un concept qui aurait pu sauver Fillon de son mensonge

Extrait de libération

Décidément, la pilule du manque de frénésie populaire ne passe pas. Après avoir envoyé au front, samedi soir, son porte-parole Sean Spicer, chargé d’aboyer à la presse un communiqué aussi ridicule que mensonger, Trump dépêche dimanche sa fidèle conseillère Kellyanne Conway dans l’émission politique Meet the press. Interrogée sur les mensonges du porte-parole, elle ose cette réplique mythique : «Vous dites que c’est un mensonge mais il a présenté des faits alternatifs.» La sphère politico-médiatique s’embrase. Ceux qui ne sont pas stupéfaits éclatent de rire

 liberation

http://www.liberation.fr/planete/2017/01/28/guerre-contre...

 

Donc rassure toi François si tu es élu en disant que ta femme travaillait réellement, tu n’auras pas menti, tu auras simplement présenté des faits alternatifs.

26/01/2017

NI PUTES NI MISOGYNES

849644764.jpg

On savait depuis l’été dernier et l’épisode du Burkini que la France était définitivement un pays islamophobe.

Nos parlementaires ne voulant pas être taxés de misogynie genre bobonne à la maison mais se devant de faire barrage à l’islamisme radical genre « Ni putes ni soumises » ont heureusement, faisant preuve de leur légendaire créativité, trouvé une solution qui conviendra aux unes et aux autres tout en préservant l'identité nationale et les valeurs de la répoublique banalière.

Tout parlementaire homme pourra donc rémunérer sa femme à condition toutefois que l’emploi qu’elle occupe soit un emploi fictif. Ainsi devant une telle largesse, nos parlementeurs ne pourront être taxés de misogynie ou d’exploitation.

Par ailleurs et deuxième avantage, ne se rendant pas à l’assemblée nationale les femmes ne seront pas harcelées sexuellement par les députés libéraux des boîtes à partouze économique et les députés verts libre-échangiste dont le punch line est : « Un ptit trou dans le cul vaut mieux qu’un grand trou dans la couche d’ozone. »

Toutes ces mesures, on le voit bien, n’ont comme unique objectif que de préserver les femmes dans un monde hostile où même dans la plus puissante des démocraties de Marché, « elles se font attraper par la chatte. »

Nécronomiquement votre