26/06/2016

JPC le roi de l'EXIT

 

 

Il y un an à peine, on nous racontait à propos de la Grèce qu’il n’y avait pas d’Exit Possible.

Nous étions alors parvenus au sommet de la domination de la Money Power. L’Exit n’était plus possible. C’est du moins ce que clamait La Money Power. Nous étions alors tels que l’avait prédit Nietzche sous le règne des hommes supérieurs, des élites et des parlementeurs européens. Ceux qui savaient pour nous, qui guidaient nos vies quitte à nous transformer en consommateur zombie. Mais ne l’étions-nous pas déjà à passer un tiers de notre vie à regarder des écrans de téléphones ?

La dernière marche qu’il restait alors à franchir pour l’économisme triomphant était de s’appropier l’Exit en décidant avant d’annoncer sa mort que celui-ci désormais ne pouvait se faire que par le haut. Ainsi, dans toutes crises ou négociations il fallait impérativement chercher l’Exit par le haut.

L’Exit dont on disait encore lors de l’épisode grec qu’il était impossible et dont nous nous apercevons aujourd’hui que non seulement, il est possible mais qu’il suffit tout simplement d’envoyer un courrier à Bruxelles. On a connu plus dur comme démarche.

 exit.jpgPersonnellement, j’ai trouvé mes seuls vraies joies dans l’Exit. L’Exit de chez mes parents, l’Exit de ma scolarité imposée par un conseiller d’orientation. L’Exit de toutes les relations forcées et des choix prédéterminés puis progressivement de tous les moyens qui m’étaient donnés pour rester intégré à une société dont Margaret Thatcher, grande prêtresse si ’il en fut, convenait qu’elle n’existait pas réellement.

L’Exit est mon royaume. C’est là que j’ai mon canapé-lit. L’unique endroit où je ne sens pas ma liberté aliénée et où je peux me reposer.

L’Exit est le meilleur moyen de n’avoir besoin de personne

Il est certes plus facile de se laisser porter par les flux, fussent-ils économiques, mais c’est en nageant à contre-courant que l’on se rapproche de la source.

C’est pourquoi, il y a bien longtemps que j’ai apprivoisé l’Exit et que je sais qu’il n’y a rien à en redouter.

Ne nous laissons pas priver d’Exit.

Commentaires

Seuls les poissons morts suivent le courant

Écrit par : mcincha | 27/06/2016

Ne le dites à personne, mais les banques du Sud sont nases, nases, nases.
Il n'est question que d'acharnement thérapeutique.
L'économie parallèle, comme la médecine et autres, a de très beaux jours devant elle.
Sinon, l'on constate que les partis alternatifs poussent comme des champignons. La Hollande a - aussi - une extrême gauche, et les élections anticipées en Croatie, peut-être en septembre, ne donnerons rien. Les mêmes partis, en alternance (?), pour le statu quo mortifère. Les observateurs sont unanimes.
Ou quand le centre n'existe pas. Le Nexist, quoi.
Donc toujours l'Europe ( et le monde ) en fractales.
On rajoutera qu'aux USA, devenu au USA, sans x, la sécessionnite reprend de plus belle.
Et qu'en France, un Etat-Major vient d'être créé, afin de prévenir des troubles internes. Nous pourrions y revenir.
Bonne semaine, cro cro cro cro cro cro cro co diiiile

Écrit par : Vixoff | 27/06/2016

L'Exit ça excite seulement
quand tu rentres du pognon...

L'Exit grec faisait passer les retraites de 800 à 80 euros par mois... la faillite et la révolution quoi...
L'Exit breton ne produira pas ça... mais peut-être quand même une bonne crise... fuite des traders et des capitaux, chute de l'immobilier londonien à 20.000 du mètre... ou l'inverse...

Le contre-courant peut payer... s'ils la jouent fine... parce que justement ils n'étaient pas dans l'Euro... et que leurs finances sont saines... on verra bien...

Écrit par : gey | 02/07/2016

Les commentaires sont fermés.