03/05/2016

Lien dernière émission

Lien youtube direct > https://www.youtube.com/watch?v=je4kg_9jvnY

Lien sur site Akasha > http://akasha-webradio.com/jean-pierre-crepin-necronomie3

 nuit debout,rcesssion,insurrection paris,economie,philosophie,sociologie,contre culture

Commentaires

Une société uniquement de service est une illusion supersonique ( qui a été abandonné, le supersonique ).

Les gens qui ont une vision voient, ceux qui ont une session cessent.

" La tartine est lente mais le chant point ", douche Mongole.

Écrit par : Trajironik | 03/05/2016

A trajironik

La nazification du numérique
https://www.youtube.com/watch?v=tVOTOcTa3MY

Écrit par : necronomie | 07/05/2016

Les salles de cinéma indépendantes résistent aujourd'hui grâce à un ciblage soigné, particulièrement dans les centres urbains.
Elles visent un public cultivé, racino-cosmopole, tels les expats italiens férus de rétrospectives et surtout de films récents dont les italiens dans la botte n'ont même jamais entendu parler( drogués ou absents ... )

Écrit par : Tarzan à l'essai | 08/05/2016

Elles se positionnent aussi et beaucoup dans la festitude - une longue comète annuelle de festivals - films du monde, ciblage continental, thématique ( slave, oriental, humanitaire, chrétien, etc ), sans parler des films pour enfants qui font mon délice, intégrés aux sus-dits festoches section [ grands ] enfants ou en kiné-zad ( zones à défendre ).

Le cinéma du Réel est intéressant à plus d'un titre, à cause du titre justement : réel. Vous en avez quelque chose à foutre, du réel, vous ? Si non, vous n'avez pas entièrement tort et rendez-vous au ciné-club, où là au moins on ne vous prendra pas pour des dégénérés et remettrez les déclinologues à leur juste place : à la 1ère de Kung- Fu Panda 16, le film qui va plus vite son son. Oups la boulette !

Écrit par : Tarzan à l'essai | 08/05/2016

Du haut de la Cliopée, hors zone et hors-la-loi de la gravité, surplombant la nuance, arachnophile plus proche de Vénus Bombarde que du sénile sénat, elle pensait à son frère de terre, qui fuyant le bruyant ou tapotant le manifeste, nocturnement planqué sous la voute céleste et l'étoile du berger, cuchotait " Sous le réverbère, j'erre, avec mes montons ; qui sont calmes, eux. "
Fidèle des défunts fun, elle priait pour qu'il ne leur arrive pas malheur lors de la transmigration des âmes, leur enjoignant de s'abonner plutôt que de tourner en autodérision, l'ail des ours sans escale étant meilleure compagnie que de frivoles piods à base de piments verts modifiés.
Elle.
Lorgnant de jour sur des peaux blues à deux pattes qui font office de terriens, elle avait vu verdir Verdun et ne s'étonnait donc point qu'au miasme récurrent de la faune darwinienne, s'opposait dans la Cliopée le samedi des démons ultrapolaires.
Ces derniers, harengs fumés de la feuilles ou simples Brokki, fêtaient à leur manière la bataille boueuse où la légende avait déjà bien régaté : Leur invité était tout sauf exprès, hormis une chiquenaude qui la faisait bien rire, elle. car elle avait tout vu, tout lu et pas encore mangé : Verdun c'est Disco.
Boney M, que des Blacks. Des tranchées dans la fan zone pour des Travolta en mai. Tonton qui dit qu'il comprend alors qu'il est depuis longtemps off the green, mais c'est le geste qui compte.
Et elle ? Rien. Que voulez-vous, sans abats mais pas sans décolleté, elle restait à murmurer sur un vieux tronc haut perché devant un champ de maïs coupé : " Sous le réverbère, j'erre, que voulez-vous, ha ha, avec mes moutons ".
Cool, Daddy, cool.
http://cdn-images.deezer.com/images/artist/23665dc2b3e9724a64b9376c08406604/200x200-000000-80-0-0.jpg

Écrit par : Vital June of the Seune | 13/05/2016

Toutes ces histoires à propos d'une place parisienne où des gens se rassemblent le soir venu, soit possédés par le démon, pour s'exorciser et pour exorciser d'autres personnes, soit accusés de sorcellerie, pour répandre la mauvaise parole, sont à dormir debout.
On en reste bleu que certains déclarent l'alerte rouge alors que d'autres n'y voient que du bleu, d'autres encore y décèlent un éléphant blanc ou s'en débarassent en l'envoyant au diable vert, accusant cette grande messe de communication de franchir la ligne jaune. Peut-être sont-ils verts de jalousie, et l'écrivent noir sur blanc.
Quoiqu'il en soit, russes rouges ou fleurs bleues, ou quelque part en dégradés nuancés, l'opinion sur ces citoyens ne devrait pas passer du noir au blanc, n'y l'inverse.
Même s'il s'en dit des vertes et des pas mûres, après tout pourquoi
pas ? Il y a belle lurette que tout n'est plus rose et si, à la brunante, les cols bleus, blanc, rouges se rendent au lieu convenu, ils ne peuvent tous être traités de moutons noirs - bêtes noires de certains sûrement - et si tous ne sont pas blancs comme neige, au moins ont-ils donné aux parisiens l'occasion de causer dehors ( ils ne sont pas encore au vert , quoique l'été approche ), et si dans cette masse agglutinée une partie à le nombril vert, elle blanchira sous le harnais, tandis qu'une autre, la pauvre, y broiera du noir quoiqu'il arrive.
Reste que, cela dit de but en blanc, il faut faire le chocolat pour n'y voir aucune contradiction, aucun magma, c'est la règle du jeu qui le veut : la loi de la zone grise est telle qu'il ne saurait y avoir de réponse immédiate, instantanée, forcement facile, alors que le grand en-jeu concerne à la fois l'échelle micro- et macroscopique, dans tant de domaines apparemment déconnectés.
Quel rapport en effet entre billets doux et billet vert, la grande bleue et l'économie verte, même si des indications existent fort heureusement ?
A l'heure du retour du drapeau vert-blanc-rouge iranien, qu'agiter le chiffon rouge soit utile certes, mais que l'harmonie se tienne toujours en filigrane, fil rouge de l'histoire de la planète bleue et de ses locataires, voilà ce que l'on peut souhaiter.
De beau rêves pour des idées nocturnes, moins sombres car plus transparentes.
Que sont obscurs les objets du désir !

Écrit par : Jefenjedi | 15/05/2016

https://www.youtube.com/watch?v=PhlshqZcmgI

Écrit par : Bad Calyptus | 17/05/2016

Les commentaires sont fermés.