23/04/2016

connerie réelle vengeance virtuelle

JPCREPIN1.jpg

J’étais là dans un bar et je regardais la télé. Pour une fois, ça ne parlait pas de Joey Starr et de Cyril Hanouna. On voyait un bateau couler avec à son bord des migrants : hommes, femmes, enfants…mais dans le bar tout le monde semblait s’en foutre plus ou moins. C’était devenu la routine en quelque sorte. Assis à une table à mes côtés, il y avait un type d’une quarantaine d’année en costard cravate qui lui aussi fixait l’écran. De temps à autre, il jetait un œil vers moi en me dévisageant. Il semblait porter un grand intérêt à mon tee shirt Jack Daniels. Au bout d’un moment, peut-être s’ennuyait-il, il engagea la conversation. »

Je travaille à la commission européenne…et vous ? »

J’étais étonné d’une approche aussi directe mais je luis lui répondis aussi directement :

« J’écris des trucs sur l’économie : Nécronomie, Crise et mutation, La Grande Déconnexion… »

« Ah c’est vous…Une fois je suis tombé par hasard sur votre blog, j’ai même fait un lien sur ma page Facebook."

« Qu’est-ce que vous faites à la commission pour tous ces gens qui se noient…? » lui demandai je.

Il me contempla en baillant avec une certaine hauteur. Un peu comme si j’appartenais à une espèce inferieure.

« Vous comprenez, il faut avoir une vue globale… »

C’était exactement ce que je faisais. J’avais une vue globale de cet eurocrate qui bouffait son entrecôte en regardant des migrants se noyer et en me prenant pour un con.

Je pris la carafe d’eau et lui vidai sur la tête.

« Ca fait ça de se noyer… »

Deux jours après, j’ai reçu un mail.

« Votre attitude désinvolte envers l’économie vous transforme un une personne intolérante et déprimante. Je me déconnecte de vous. Vous ne vous trouverez plus jamais dans mes liens. »

 

 

 

Les commentaires sont fermés.