30/06/2015

A ecouter en boucle

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=c_DpWyXaGbw&sns=em

29/06/2015

Panik dans l'hypermarché

th (3).jpgth2L4XHZIE.jpg

La chanson des types réglos

" Wenn scheissen blut von messer spritz

  Denn geht schon alles gut"

 

Quand le sang des salauds gicle sous  le couteau                                

alors tout est pour le mieux

 

Ce à quoi lui répond

La chanson des clochards souverains

Fils de la peine et du danger

Servirez vous un étranger ?

Fils de la honte et du chagrin

L'acclamerez vous demain ?

 

Pendant ce temps là si vous ne faites pas partie des happy few de la money power, n'oubliez pas que le winner takes all

 

27/06/2015

les Migrants et les transmigrants

 

Il ne vous a pas échappé qu'un mot vient de faire son apparition sur toutes les bouches : les migrants.

Avant, on parlait des émigrés; des immigrés mais aujourd'hui on parle des migrants...Pour bien comprendre la différence, il faut savoir que le migrant ne s'arrête jamais contrairement à l'immigré ou à l'émigré...

Hors la garde du nord, il n'y a pas de stationnement chez les migrants qui continuent de migrer en permanence. Alors quelle peut être la solution à ce problème de migration ?

Dans d'anciennes civilisations totalement disparues, on traitait le problème de la façon suivante  Personne ne naissait à moins que quelqu'un ne meure. La population était répartie en deux catégories : Les transmigrants et les réceptacles. ces catégories contenaient un certain nombre de couches professionnelles et spécialisées mais n'étaient pas dans les faits séparées. Les transmigrants tenaient le rôle de réceptacles et les réceptacles devenaient transmigrants.

Voici comment cela fonctionnait : un transmigrant dans sa chambre mortuaire appelait ses futurs parents réceptacles qu'il avait choisi. Les parents réceptacles copulaient, atteignant l'orgasme au moment ou le vieux transmigrant rendait l'âme si bien que son esprit entrait dans la matrice pour renaître.

Chaque transmigrant portait sur lui une liste de parents réceptacles et en cas d'accident ou de maladie soudaine, les parents les plus proches arrivaient. Tout ceci fonctionna parfaitement pendant plusieurs millénaires mais au fil du temps un grand nombre de transmigrants préféra ne pas attendre de subir les infirmités de l'âge et les ravages de la vieillesse. Ce évidemment dans les professions artistiques où la beauté était très louée. Les méthodes les plus courantes pour mourir étaient alors la pendaison et la strangulation, le transmigrant mourant dans l'orgasme comme David Carradine.

Peu à peu, mourir de causes naturelles devint un phénomène rare et passablement discrédité uniquement pratiqué par les sans dents dont la secte transmigrante des jeunes éternels se moquaient copieusement.

Solution nécronomique

 Gare du nord, c'est la loi du score donc aucun migrant n'arrive si un autre ne meurt pas....