06/05/2015

Big Data ou Libertalia ???

 

sans-titre.png

click on picture

courtesy of NP

 

 

 

 

 

 

 

La réunion de Nécronomie Internationale placée comme chaque année sous le signe des utopies pirates et de Libertalia se tenait au café de l’existence dans le cœur de Zérograd.

 

Benway l’hôte des lieux, tavernier, tenancier, psychiatre avait dû avec le temps se résoudre à séparer en trois salles son établissement

 

Ceci afin d’éviter tous risques d’incidents. Dans la première salle, on retrouvait les Emissionistes et les Liquidationistes.

 

 Les Emissionistes croyaient en l'émission monétaire pour éviter la déflation. Ils s’exprimaient le plus souvent en onomatopées ou dans un langage qui semblait codé : SMP, ABS,LTRO,QE…Leur devise était : « En période de crise, même les billets font la planche ». Les Emissionistes n’étaient préoccupés que par l’inflation et la santé des banques. Leurs alliés naturels étaient les Liquidationistes.

 

Les Liquidationistes voulaient liquider tous les acquis sociaux de l’Ancien Monde. Dans leur Nouveau Monde, nation, tribu, famille disparaissaient au profit de l’Entreprise.  Les liquidationistes ne reconnaissaient que la communauté de marché et étaient en opposition complète avec tous les formes de communalisations qui présupposaient une fraternisation personnelle.

 

Dans la seconde salle, se trouvaient les technoptimistes et les boboécologistes. Les technoptimistes voulaient accomplir tous les actes de la vie quotidienne connectés. Ils croyaient même que dans un futur proche le fait d’être connecté en permanence nous permettrait d’espérer un jour proche la mort de la mort.

 

Les Boboécologistes voulaient vivre durablement des relations durables en mangeant des produits durables pour préserver durablement la planète .Quand ils n’allaient pas chez Bio c’est bon, ils se faisaient livrer des plateaux de produits frais de la campagne. Ils urinaient sous la douche pour économiser l’eau, privilégiaient les produits sans emballage et souhaitaient être incinérés dans des cercueils en carton.

 

Enfin, dans la troisième salle, on retrouvait une faune disparate :

 

 Les Trous verts, écologistes radicaux ou marginaux qui vivaient isolés en autosuffisance, loin de la civilisation et du progrès.On dit que certains d’entre eux parlaient aux oiseaux…

 

Les survivalistes,  quant à eux, s’étaient préparés à la troisième guerre mondiale contre l’islamo fascisme, à l’effondrement économique, au dérèglement climatique. Ils ne quittaient que rarement leur gilet-pare balles.

 

Grands déconnectés, les nécronomistes représentaient une mouvance impossible à classifier car très différents entre eux et nul ne pouvait dire avec précision leur niveau d’influence. Ils paraissaient détester les crédits, les assurances vies et les conventions obsèques. Ils affichaient parfois un mépris total de la propriété et détestaient tout ce qui aliénait leur liberté. D’une manière générale, ils se mouvaient  avec la sérénité de celui qui dispose de sa mort et peut donc affronter n’importe quel enjeu.

Les normauxpathes que l’on appelait aussi les factuels n’étaient pas présents au café de l’existence bloqués dans Vichylance par les persiennes mentales de Faites entrer l’accusé, Cauchemar en cuisine et Moneydrop…

Les politiques allaient devoir sous (très) peu leur dire la vérité et l'étendue de la catastrophe.

Le grand toboggan mène au grand splaaash, la piscine des ténèbres de l'économie...

Nous y sommes, nous sommes prêts...

 

Commentaires

Bon texte,

j'espère que tu vas bien.

Daniel

Écrit par : dan_y44 | 08/05/2015

Merci Dan
venant de toi, cela fait plaisir...

Écrit par : Necronomie | 08/05/2015

Et les classes populaires, elles sont où ?
Disparus des radars, pas un public cible.
Et sur internet ? Sûrement quelque part, mais où ?
Qu'est-ce qu'ils sentent, pensent, vivent ?

Écrit par : Vince on the green | 10/05/2015

Faut demander à Marine...

Écrit par : necronomie | 10/05/2015

Le détachement, meilleur position pour la reconnexion

Écrit par : Le nez de la nuit | 11/05/2015

Les commentaires sont fermés.