18/02/2015

10 ans déjà

Aux ouvrières Lejaby

 

 

jean pierre crepin,necronomie,crise et mutation,la grande deconnexion

Il y a dix ans déjà (j'étais encore jeune et beau à 45 ans...) j'écrivais dans le magazine Cult sous le titre

Paris pendant les Djihads Olympiques, un article visionnaire- MORCEAUX CHOISIS

Dans le monde intra-connecté, la dépression succède à l'euphorie à la vitesse des réseaux neuronaux. En un éclair, le Djihad, se marie à l'olympisme nous rappelant que la destruction de valeurs est la dernière des ressources.

S"affrontent désormais, le libre échangisme, déviance sexuelle qui conduit généralement au divorce ou au ministère de l'intérieur et l'intégrisme fondamentalisme ou un string féminin sur un visage constitue une torture psychologique qui ferait sourire nos députés prêts à payer pour pareil traitement....

L'économie de Marché est devenue l'ultime forme de salut planétaire, porteuse en son sein de toutes ses contradictions : consommer et contrôler....

A la faveur d'un tsunami, les bases de données policières s'enrichissent de cartographies informatiques du tourisme sexuel européen mais copuler au milieu des charniers devient un acte de solidarité vanté par les économistes et les tours opérators. Après tout, n'est ce pas le même métier pour qui sait l'art étrange de créer des emplois fictifs, de transformer des ouvriers textiles en ingénieurs Airbus ou en Imam modérés...

 

 

A la lumière des derniers évènements économico-judiciaires je mesure combien j'avais raison...

Nécronomiquement votre et à bientôt pour un article de fond

 

Commentaires

Mille fois bravo !

Tu nous a ouvert les oreilles et les yeux.

Tu m'a personnellement apporté un espace de liberté, où j'ai pu faire le lien franchement improbable entre la poésie pure
( ” Je suis un vent de blés sur de jeunes mamans
Caresses boréales aux vastes palanquins
Car sur qui doit naître et régner sur les pluies
J'impose mon écharpe
et déserte les sciences "
Janvier 05 )
et - cohérence dans l'incohérence, ordre sous-jacent au désordre -
l'impureté de ce monde vu par un éternel innocent.

De vidéos pleines de musiques aux images et articles destroy dark fantasy en liens, malgré ce canevas où l'on ne peut même pas écrire en italique ( sauf à avoir les codes, ce à quoi il se refuse pour l'instant, cela ne fait seulement que sept ans, début 2008 le Jedi est arrivé, lorsque le Kosovo faisait des siennes et, sentant que le roussi était aussi économique, il tombait ou plutôt montait sur le blog le plus lucidement hilare, quoique d'une longévité rare pour de l'hilaritude ), le fractal, la néguentropie, l'Hüzün vu par Hüzün dans l'un de ses fameux billets, l'amour impossible décelé par Gaetan, et tant d'autres perles à rebours ont été le - haut - fait de joyeux kamikases.

Les sorties extra-véhiculaires hors de nos prisons mentales, vers un dieu ignoré par l'époque, nécessitaient et à l'heure qu'il est à peu près encore et Angkor, de petits pas dans des bottes de géants, qui se chauffent en hiver à la plume trempée dans le venin marabout qui donna le feu, de la couleur des rêves dans une société robot où le peuple suit, suit, suit, ... Jusqu'à la NÉCRONOMIE.

La plume d'oie sanguine contre le lubrique, vampire conte vEmpire, en pleine session d’écoute de biscuits, Ŏ Beignoires et mes frères, au coin d'une table au troquet " Le gai lipide ", nom que seule la médiocrité écrasante et de plus en plus écrasée peut enfanter, a - dérangé / dérangeant - frappé, frappe et frappera, tant que ce tohu bohu, ce tintamarre persiflera.
Gloire au Hibou, au murmure, à la caresse, volupté de la nuit qui, voyant passer les Hamlet, hausse les épaules et fraternise avec le faux diable des enfants.

ET vive la journée sans suicide ! Oui mon gars.
Elle sera, comment dire, .... silenlicencieuse.

Écrit par : Vincent Rey-Bellet | 18/02/2015

A Vincent

Je ne pouvais rêver plus beau compliment...Finalement être dans le subground (la couche en dessous de l'underground) procure bien des satisfactions sur le plan humain
Merci à toi et vive la nécronomie et ses acteurs...

Écrit par : necronomie | 19/02/2015

Tes pérégrinations sont les miennes depuis si longtemps et rien ne nous sépare que les kilomètres que j’ai mi entre Paris et moi. Depuis des décennies, tu ne cesses de sauver ma vie, tu le sais. Alors aujourd’hui je voudrais rendre hommage à Vincent pour que la flamme de celui qui s’est fait voyant ne s’éteigne jamais. Si ce blog nous te le devons JP, c’est à ceux qui comme Vincent te renvoient la balle de plume et de plomb que nous – lecteur paresseux – devons la permanence de cet espace.
Merci JP, Vincent, Hüzün, ...

Écrit par : JJR | 20/02/2015

Merci.
L'encre de neige s'est faite opalescente pour des gens comme toi ; ce silence d'émeraude, inachèvement bloguesque indiquant le Nord Céleste, auquel participe la lecture, tient du côté mangue de la force, je le sens.

La RJJ, contrat renouvelable tous les 10 ans, tacitement.
En cas de résiliation, prière - païenne et/ ou autre - de le faire savoir par crises et chuchotements, 46 ans à l'avance, sur espace virtuel dûment Affranchis.

Sur la terre, sur l'ouragan, sur l'Oural, Bonne promenade

Écrit par : Vincent@JJR | 27/02/2015

Les commentaires sont fermés.