24/06/2014

La trappe nigaud

A Vince

Pour faire suite à ton info

Ca c'est tout simplement énorme: Le FT a révélé que la Federal Reserve prépare une taxe de sortie pour empêcher les investisseurs d'abandonner les bons du trésor américains!!! "Federal Reserve officials have discussed whether regulators should impose exit fees on bond funds to avert a potential run by investors, underlining concern about the vulnerability of the $10tn corporate bond market". Woaaa... Si ça ce n'est pas un avertissement massif des premiers craquements dans les murs de la Fed, alors je n'y connais rien... CELA VEUT DIRE QUE SI VOUS OU VOTRE FONDS DE PENSION A ACHETE DU BON DU TRESOR AMERICAIN, EH BIEN IL SERA TRES DIFFICILE DE RETROUVER SES CAPITAUX.

 

Petit rappel d'une note de 2008 pour ceux qui n'ont pas suivi le feuilleton nécronomique. Nous y sommes bientot...

La BCE ne ient elle pas d'annoncer qu'elle continuerait sa politique accomodante jusqu'en 2016...et qu'elle pourrait enisager d'autres mesures si la déflation présente chez les pays d'euope du sud venait à s'étendre....

 

http://necronomie.blogsmarketing.adetem.org/archive/2008/...

Commentaires

Nécromasse / humides et obscurs

" Le cloporte est un petit crusracé - le seul crustacé entièrement terrestre, - évoluant dans les milieux humides et obscurs, notamment sous les pierres, dont la mission confiée à lui par le Créateur est fort utile pour sa participation " au recyclage de la nécromasse, [ ... en suscitant un ] retour plus rapide des nutriments dans le sol ".

Dedefensa, article ' Notes sur la métamorphose des cloportes ',
le 24.06.2014

Écrit par : John Patatras | 25/06/2014

A vince

j'ai trouvé ça sur le net comme quoi


Une chronique percutante de Michel Geoffroy.
♦ Voici que le méchant dieu foot est de retour avec sa coupe du monde, le fameux Mondial. Débauche d’images, débauche de matchs, débauche de commentaires débiles, débauche de manifestions violentes, bref, débauche de « sport ». Un « sport » qui ne peut que soulever le cœur tant il nous montre un spectacle indécent : les noces hideuses du fric et du cosmopolitisme, sur fond de manipulation de masse.
Le conditionnement par le sport

L’abrutissement sportif constitue un rouage important du conditionnement des populations occidentales par le Système. Que ce soit par la promotion individualiste du faire-du-sport-pour-rester-en-bonne-santé (mais à condition d’acheter des chaussures Nike et des sacs Adidas, bien sûr) ou par la promotion collectiviste du sport de masse.

Le sport de masse permet en effet de créer des foules psychologiques, comme disait Gustave Le Bon. Le Mondial vampirise les médias – c’est-à-dire les recettes publicitaires – et donc l’attention de chacun. On soupèse et commente ainsi les moindres faits et gestes des joueurs, comme s’il s’agissait des oracles de notre temps. Un tel a fait un doigt d’honneur, tel autre a donné un coup de boule. Tel joueur a « marqué ». Un autre a plaqué sa petite amie ou bien a insulté son entraîneur. Les médias s’en donnent à cœur joie pour nous « informer », c’est-à-dire pour nous submerger de cette grotesque insignifiance !

Dans le métro on nous annonce même les résultats des matchs. Pas question de rester indifférent ne serait-ce que l’espace d’un déplacement ! L’indifférence au foot devient suspecte. Presque un signe de fâââchisme…
Le foot mondialisé c’est un patriotisme débile

On agite les drapeaux comme s’il s’agissait de saluer une victoire militaire ou un grand événement national. Le foot serait-il le dernier refuge du patriotisme ?

Mais ces héros que l’on nous fait célébrer ne sont que des mercenaires et, leurs combats, des spectacles factices, sinon truqués ou dopés.

Les supporteurs s’arrogent pourtant le droit de « manifester leur joie » à chaque match en faisant un tintamarre de tous les diables, en hurlant pour chaque but marqué, en bloquant la circulation ou en cassant tout.

Les municipalités et les préfectures recommandent maintenant aux braves gens de ne plus circuler les soirs de matchs : couvre-feu obligatoire pour les autochtones les soirs de foot ! On voit combien ce « sport » adoucit les mœurs et l’intégration… Le mieux ne serait-il pas finalement de rester scotché devant sa télé en priant sainte Pub ?
La grand-messe du déracinement planétaire

Le Mondial du foot c’est aussi la grand-messe du déracinement planétaire : celle qui sert à raffermir périodiquement la foi cosmopolite. Voilà pourquoi le foot intéresse tant le Système.

Le Mondial célèbre le déracinement européen d’abord, puisque nos équipes « nationales » se composent principalement désormais de joueurs cosmopolites, dont beaucoup proviennent d’Afrique. Hier « espagnol », aujourd’hui « français », demain « anglais » peut-être par la magie des contrats en or, le joueur de foot incarne le héros aux semelles de vent, celui qui n’est nulle part chez lui.

Le Mondial souligne aussi le déracinement immigré, à l’instar de ces supporteurs « franco-algériens » qui sifflent la Marseillaise et ne brandissent que le drapeau de leur vraie patrie : l’Algérie, démontrant par là même qu’ils ne se sentent pas chez nous chez eux.

Le foot c’est enfin le déracinement programmé pour tous ces petits Africains ou descendants d’Africains que les clubs et les manageurs achètent comme une vulgaire ressource humaine à faire fructifier.
François Hollande au stade charlety pour un match de foot à but humanitaire (2008)

François Hollande au stade Charlety pour un match de foot à but humanitaire (2008)

Et tout cela pour que ce beau monde des « sportifs » achète force maillots, ballons et portraits de ces héros frelatés : les joueurs de foot ! Heureux consommateurs de produits dérivés qui allez enrichir l’oligarchie du sport et des médias, le Système vous remercie !

Car le sport ne peut plus exister sans publicité ni sans sponsors, c’est-à-dire sans se soumettre à Mammon. Ultime déracinement. Ultime décadence.
Décadence du sport ou sport de la décadence ?

Les saturnales du Mondial offrent enfin l’avantage de détourner l’attention des tristes réalités du moment.

Hier, Jacques Chirac s’appropriait la Coupe du monde pour tenter de sauver sa présidence stagnante en vantant les vertus sportives du métissage, en réponse au Front national. Aujourd’hui, François Hollande commente les buts des autres à défaut de commenter son propre désastre.

Dans la Rome décadente on offrait du pain et des jeux, pour calmer la plèbe de plus en plus agitée. Mais cela n’a pas empêché la chute finale.

Dans l’Europe décadente et désindustrialisée on offre le foot télévisé aux chômeurs. Cela ne durera pas non plus.


(la fin est terrible.... pas comme dans les films d' Hollywood ou le gentil ricain libéral sauve le monde des méchants...

Écrit par : gabelle | 27/06/2014

a vince

j'ai trouvé ça sur le net

Une chronique percutante de Michel Geoffroy.
♦ Voici que le méchant dieu foot est de retour avec sa coupe du monde, le fameux Mondial. Débauche d’images, débauche de matchs, débauche de commentaires débiles, débauche de manifestions violentes, bref, débauche de « sport ». Un « sport » qui ne peut que soulever le cœur tant il nous montre un spectacle indécent : les noces hideuses du fric et du cosmopolitisme, sur fond de manipulation de masse.
Le conditionnement par le sport

L’abrutissement sportif constitue un rouage important du conditionnement des populations occidentales par le Système. Que ce soit par la promotion individualiste du faire-du-sport-pour-rester-en-bonne-santé (mais à condition d’acheter des chaussures Nike et des sacs Adidas, bien sûr) ou par la promotion collectiviste du sport de masse.

Le sport de masse permet en effet de créer des foules psychologiques, comme disait Gustave Le Bon. Le Mondial vampirise les médias – c’est-à-dire les recettes publicitaires – et donc l’attention de chacun. On soupèse et commente ainsi les moindres faits et gestes des joueurs, comme s’il s’agissait des oracles de notre temps. Un tel a fait un doigt d’honneur, tel autre a donné un coup de boule. Tel joueur a « marqué ». Un autre a plaqué sa petite amie ou bien a insulté son entraîneur. Les médias s’en donnent à cœur joie pour nous « informer », c’est-à-dire pour nous submerger de cette grotesque insignifiance !

Dans le métro on nous annonce même les résultats des matchs. Pas question de rester indifférent ne serait-ce que l’espace d’un déplacement ! L’indifférence au foot devient suspecte. Presque un signe de fâââchisme…
Le foot mondialisé c’est un patriotisme débile

On agite les drapeaux comme s’il s’agissait de saluer une victoire militaire ou un grand événement national. Le foot serait-il le dernier refuge du patriotisme ?

Mais ces héros que l’on nous fait célébrer ne sont que des mercenaires et, leurs combats, des spectacles factices, sinon truqués ou dopés.

Les supporteurs s’arrogent pourtant le droit de « manifester leur joie » à chaque match en faisant un tintamarre de tous les diables, en hurlant pour chaque but marqué, en bloquant la circulation ou en cassant tout.

Les municipalités et les préfectures recommandent maintenant aux braves gens de ne plus circuler les soirs de matchs : couvre-feu obligatoire pour les autochtones les soirs de foot ! On voit combien ce « sport » adoucit les mœurs et l’intégration… Le mieux ne serait-il pas finalement de rester scotché devant sa télé en priant sainte Pub ?
La grand-messe du déracinement planétaire

Le Mondial du foot c’est aussi la grand-messe du déracinement planétaire : celle qui sert à raffermir périodiquement la foi cosmopolite. Voilà pourquoi le foot intéresse tant le Système.

Le Mondial célèbre le déracinement européen d’abord, puisque nos équipes « nationales » se composent principalement désormais de joueurs cosmopolites, dont beaucoup proviennent d’Afrique. Hier « espagnol », aujourd’hui « français », demain « anglais » peut-être par la magie des contrats en or, le joueur de foot incarne le héros aux semelles de vent, celui qui n’est nulle part chez lui.

Le Mondial souligne aussi le déracinement immigré, à l’instar de ces supporteurs « franco-algériens » qui sifflent la Marseillaise et ne brandissent que le drapeau de leur vraie patrie : l’Algérie, démontrant par là même qu’ils ne se sentent pas chez nous chez eux.

Le foot c’est enfin le déracinement programmé pour tous ces petits Africains ou descendants d’Africains que les clubs et les manageurs achètent comme une vulgaire ressource humaine à faire fructifier.
François Hollande au stade charlety pour un match de foot à but humanitaire (2008)

François Hollande au stade Charlety pour un match de foot à but humanitaire (2008)

Et tout cela pour que ce beau monde des « sportifs » achète force maillots, ballons et portraits de ces héros frelatés : les joueurs de foot ! Heureux consommateurs de produits dérivés qui allez enrichir l’oligarchie du sport et des médias, le Système vous remercie !

Car le sport ne peut plus exister sans publicité ni sans sponsors, c’est-à-dire sans se soumettre à Mammon. Ultime déracinement. Ultime décadence.
Décadence du sport ou sport de la décadence ?

Les saturnales du Mondial offrent enfin l’avantage de détourner l’attention des tristes réalités du moment.

Hier, Jacques Chirac s’appropriait la Coupe du monde pour tenter de sauver sa présidence stagnante en vantant les vertus sportives du métissage, en réponse au Front national. Aujourd’hui, François Hollande commente les buts des autres à défaut de commenter son propre désastre.

Dans la Rome décadente on offrait du pain et des jeux, pour calmer la plèbe de plus en plus agitée. Mais cela n’a pas empêché la chute finale.

Dans l’Europe décadente et désindustrialisée on offre le foot télévisé aux chômeurs. Cela ne durera pas non plus.


a la fin ça se termine mal.... pas comme a Hollywood ou le gentil ricain neoliberal save the world..

Écrit par : gabelle | 27/06/2014

GLANE SUR LE NET

c'est sur que a tf1 et con sort .... , pas de news a sujet, mais en cherchant sur le net on voit de + en + un courant de pensée

qui se rend compte de l'absurdité du système qui tel cronos a besoin de devorer ses enfant pour perdurer


Beaucoup d'emplois sont inutiles, voire nuisibles
Bien que sachant depuis des années que nous allons vers une situation où 20% de la population active suffira à maintenir l'économie mondiale (voir wikipedia : Tittytainment), les politiques affichent vouloir le plein emploi.
Ils ne parlent jamais des activités économiques inutiles, voire nuisibles...
Un sujet tabou
J'ai été frappé par les réactions lors de la fermeture d'une usine de cigarettes près de Lille il y a déjà longtemps. La suppression de 400 emplois était jugée scandaleuse. Pas un mot pour les milliers de morts parmi ceux qui avaient fumé ces cigarettes.
Selon Le Monde, on compte un mort prématuré dans les 25 ans par million de cigarettes fumées. L'usine de Nantes produit actuellement 12,8 milliards de cigarettes par an, elle compte 327 salariés. Cela fait 39 millions de cigarettes par employé.

Récemment, les industries pornographiques américaines et allemandes en crise ont demandé une aide de l'État !
8 septembre 2011, projet de taxation des boissons sucrées. Coca-cola n'apprécie pas et fait un chantage à l'emploi.

En 1965, j'ai assisté à une conférence sur la politique d'armement de la France. Les armes modernes sont chères, il faut exporter pour financer cette industrie. Et si nous n'en vendons pas, d'autres le ferons. "Mais alors, on équipe des ennemis potentiels ?" Ma question innocente n'a pas été appréciée.
Visite d'une usine de fusées militaires. J'interroge un ingénieur. "Qu'est-ce que cela vous fait de fabriquer des armes ?" Il me répond, tout étonné : "Mais je fais de l'électronique". La France exporte des armes, mais personne n'en fabrique...

Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Le remarquable reportage "Francafrique" passé à la TV en 2011 a montré le prix de l'approvisionnement en pétrole de la France depuis 50 ans : pots de vin, meurtres, élections truquées, guerres, destruction de l'environnement... Sa diffusion va-t-elle changer les choses ?
Un chef de cabinet ministériel sur-occupé m'a expliqué : Il y a les problèmes peu importants, ceux qui sont insolubles et les autres. On ne s'occupe que d'une partie des "autres". Je crains que moraliser les achats énergétiques de la France ne soit rangé dans la seconde catégorie...

Mais ne pas s'attaquer aux problèmes importants et "insolubles", c'est préparer des lendemains qui déchantent.
Parlons donc, dans une société en mal de plein emploi, des activités économiques inutiles, voire nuisibles.
On vivrait mieux sans spéculation, sans arnaques, sans drogues

Sans casinos, lotos et autres jeux (voir matches truqués) qui prennent de l'argent à beaucoup pour faire peu de très riches. N'est-ce pas l'inverse qui serait souhaitable ?
Sans spéculateurs. Un trader ou un investisseur qui gagne en bourse aux dépens d'autres qui perdent (moins malins ou moins chanceux), ça sert à quoi ?
Sans paradis fiscaux.
Sans ces appels téléphoniques de marketing direct de plus en plus insistants à la recherche d'un client qui se laissera tromper. Voir une description des conditions de travail dans les call-centers.
Sans le tabac qui tue 4,9 millions de personnes par an. Le coût indirect d'un paquet de cigarettes est de 7,18 $ (World Health Report 2002, page 10). En France, depuis 30 ans, les aides aux buralistes sont infiniment plus importantes que les budgets pour lutter contre le tabaggisme.
Sans ventes d'armes, telles que les frégates de Taïwan... ou les mines. La France a laissé 11 millions de mines en Algérie, et n'en a donné officiellement les plans qu'en 2007 (voir article de La Croix).
Sans les milliers d'emplois de lobbyistes qui défendent en toute opacité les intérêts des grands groupes, à Bruxelles, à Washington et ailleurs. Voir par exemple European Services Forum, European Round Table...

On vivrait mieux sans "concurrence"

Avec moins d'agences immobilières. Il serait plus pratique d'avoir une vue d'ensemble des offres en un seul endroit.
Avec moins de pharmacies et d'opticiens en ville. Leur densité prouve des marges exagérées. Alain Afflelou est scandaleusement riche.
Sans cette activité commerciale trépidante dont le seul but est d'attirer le client vers le produit X plutôt que vers le produit Y.

Cette concurrence est un faux semblant qui ne fait pas baisser les prix.
On vivrait mieux sobrement sans sur-consommation

Sans excès de nourriture, d'alcool.
Sans parfums : leurs composés toxiques rendent malades un nombre croissant de personnes
Sans les médicaments inutiles, inefficaces ou dangereux (voir une vidéo du professeur Philippe Even)
Avec moins de voitures. Pourquoi ces incessantes publicités qui nous poussent à en acheter ?
Sans produits outrageusement luxueux, ne profitant qu'à un petit nombre de gens très riches. Avec les ventes d'armes, le luxe est le fleuron des exportations françaises.
Sans les couleurs tapageuses des emballages. Leur recyclage serait plus facile.
Les savons liquides (shampoings...) pourraient être vendus concentrés, à diluer.
Sans la musique dans les magasins.
Sans la publicité intrusive Consommer moins serait bon pour l'environnement.
En France, l'industrie pharmaceutique dépense plus en marketing (3 milliards) qu'en recherche (1,5 milliards) (voir wikipédia).

On vivrait mieux sans "péages"

Avec des autoroutes gratuites
Sans la notion de secret industriel qui oblige à refaire les mêmes études dans différentes entreprises. Qui empêche les malades du sida pauvres de profiter des découvertes récentes.
Avec la gratuité de la vidéo à la demande, ainsi que des téléchargements de films, musique, logiciels, livres électroniques...

On vivrait mieux sans gâchis, sans doublons, sans complications inutiles

Sans la publicité pour les barres chocolatées accompagnée d'une mise en garde alimentaire qui dit le contraire.
90% des 300 milliards de mails échangés chaque jour dans le monde sont des spams (messages nuisibles ou inutiles envoyés en masse).
Avec un seul réseau de téléphonie mobile au lieu de trois (quatre depuis 2012). Il y aurait moins d'antennes, moins de rayonnements.
En augmentant la durée de vie des équipements.
En normalisant, en réduisant la diversité des produits.
En ne détruisant pas les excédents au motif qu'ils feraient baisser les cours.
En simplifiant les lois et réglements (d'où moins d'experts en tous genres).
Pour 429 Md€ de prestations, la Sécurité Sociale a 90 Md€ de frais de fonctionnement (dont 60 Md€ de salaires - source INSEE, 2011). On pourrait diviser ces frais par 2 ou 3 en simplifiant les règles. Selon Eco-Santé, plus de 500 types de gestion catégorielles (régimes) et plus de 1 000 organismes coexistent.
En remplaçant l'écotaxe (un concentré de haute technologie au service d'une complexité stérile, voir ses modalités) par une hausse du prix des carburants
En unifiant et responsabilisant la représentation du personnel dans les PME : comité d'entreprise, délégués du personnel, comité d'hygiène, de sécurité et de conditions de travail, syndicat (voir un article de Gérard Thoris dans La Croix du 19 novembre 2012)
En réduisant le nombre de niveaux administratifs (communes, communautés de communes, départements, régions, État, Europe).
Il y a 36681 communes en france, dont 19996 ont moins de 500 habitants.
En supprimant les services administratifs inutiles.
Les politiques pourraient montrer l'exemple en supprimant le Sénat, la Cour des Comptes, le Conseil Économique et Social... Il est aberrant que la création de l'Europe ne se soit traduite par aucune suppression des redondances au niveau de la France.
La distinction ordonnateur / comptable, qui est un des piliers des finances publiques, n'a plus de raison d'être, elle dilue les responsabilités.
Pourquoi la Caisse d'amortissement de la dette sociale et le fonds de réserve des retraites ? Les dettes (ou liquidités) de l'État n'ont pas à être gérées en des lieux divers.
Ou encore, on économiserait 2 milliards /an de frais de gestion si les complémentaires retraites Arrco et Agirc étaient intégrées dans le régime général.
Ou encore, pourquoi un régime de sécurité sociale pour les travailleurs salariés, un autre pour les indépendants, un autre pour le monde agricole ? Sans compter bien d'autres particularités et les assurances complémentaires santé.

Face à l'abîme
Vous imaginez des politiques proposant de supprimer la publicité, de détruire la moitié des emplois... ? Au contraire, ils encouragent les emplois inutiles ou nuisibles, par exemple en permettant aux avocats de faire de la publicité (mars 2014).
Ce que je dis n'est pas seulement utopique mais sacrilège. Après l'échec du communisme, on ne peut pas supprimer le capitalisme, on n'a rien d'autre !

Alors ?
Alors en France, pour créer des emplois, on en supprime dans la fonction publique. Et personne ne s'étonne !
Aux Etats-Unis en mars 2012, 24 millions de personnes ne trouvaient pas l'emploi à plein qu'elles souhaitaient. Sans compter 2,3 millions de prisonniers !
En Espagne, c'est la crise. Et que font les gens face à la difficulté ? Rien, ils deviennent chômeurs. Ou plutôt si, ils développent l'entraide et le troc en dehors du "système".
On récite le chapelet : Saint Emploi, priez pour nous, Sainte Croissance, priez pour nous. Mais ce que l'on veut vraiment, c'est un capital qui grossisse.

On continue à aller dans le mur, les yeux fermés et les mains jointes.

La société de consommation va s'effondrer (Dennis Meadows le dit très bien).

Soit la concurrence deviendra guerre à outrance, la sur-consommation ne restant possible que pour un tout petit nombre,
Soit, les "avantages acquis" disparaissant, la solidarité, la fraternité l'emporteront. Mais comment ? Quelle alternative au capitalisme ?

Si vous voulez fâcher quelqu'un, mentez-lui ;
si vous voulez le rendre furieux, dites-lui la vérité. (Arthur Schopenhauer)


source:http://lumiere.olympe.in/Emplois.htm

Écrit par : gabelle | 27/06/2014

Les commentaires sont fermés.