26/03/2014

Avant le mois d'avril et la décision de la BCE petit rappel d'un vieux livre

1523639309.2.jpg

Extrait de la lettre du crocodile  année 2010 sur le livre :

 

C’est une conversation épistolaire. Une rencontre entre deux approches, l’une philosophique, au sens où elle interroge les évidences, l’autre économique, entre deux expériences du monde, deux pessimismes aussi, deux ouvertures peut-être.

Cette dialectique entre deux se révèle créatrice. Situés à deux niveaux logiques différents, les propos se nourrissent d’un effet miroir. En dressant un bilan accablant du monde économique tel qu’il peut nous apparaître, Jean-Pierre Crépin offre une riche matière à Charles Antoni qui se saisit du monde comme une projection de ce que nous sommes.

La conversation devient voyage, géographique parfois, culturel souvent, poétique par éclair. Riche en références, en indications, en suggestions, en provocations aussi, recadrant avec humour les préjugés et les clichés courants, ils invitent à l’entendement. Le monde n’est-il pas là que pour cela ? Nous aider à entendre ce qui est.

Jean-Pierre Crépin ne propose pas de solutions, à peine éclaire-t-il le début de quelques pistes connues et toujours non explorées. Tel n’est pas l’enjeu. Il n’est pas là pour ça. Peut-être même s’en lave-t-il les mains…

« Comment sortir du merdier dans une société où la consommation tient la Barack… qu’on appellera bientôt bicoque ? La réponse est d’une simplicité biblique : prendre l’argent de ceux qui ne consomment pas assez et qui le placent (les riches) pour le donner à ceux qui consomment trop (et le dépensent)… Les pauvres… Avantage : évite l’endettement des Etats et des particuliers…

Commentaires

Comme tout bon livre qui se respecte , il n'est plus dans ma bibliothèque depuis belle lurette.

Écrit par : Jacques | 28/03/2014

Merci Jacques, cela me touche beaucoup...

Écrit par : necronomie | 29/03/2014

Ca va vallser

Écrit par : Vince | 01/04/2014

«  Dmitri Kisselev pense que la réaction de l’Occident relève d’une schizophrénie

[...]
Nos rôles sont intervertis.
[...]
L’UE sanctionne les uns et encourage les autres comme les Pussy Riot qui demandent aussi d’élargir la liste des sanctions. Cela montre bien les préférences européennes qui incluent les danses sacrilèges de Tolokonnikova et d’Aliokhina dans la Cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou. Elles n’en sont pas moins reçues au parlement européen.
[...]
J’ai des collègues qui ont travaillé pendant 25 ans à la BBC, ils demandent actuellement de venir chez nous, ne pouvant plus supporter tout ce délire, cette haine antirusse, la censure. On m’appelle de Paris et raconte qu’il existe en France toute une liste de personnes à ne pas inviter à la télévision, même si avant on les voyait souvent passer à l’écran, on les savait être des dominantes culturelles en France. »
La Voix de la Russie

Écrit par : ♙♙♙ | 04/04/2014

a §§§

J'ai eu l'occasion de parler recemment avec un journaliste culturel de Radio moscou qui m'a confirmé le tout...

Écrit par : necronomie | 05/04/2014

Les commentaires sont fermés.