20/10/2013

De Leonardo à Leonarda

 De fonds souverains qatari qui propulsent Leonardo au PSG pour créer une Marque mondiale en fond souverain Français qui propulse Leonarda dans son pays d'origine, l'économie mondialisée régnait en maîtresse tyrannique.

Gauche et Droite refusaient de lier l'immigration à l'argent comme cela s'est fait au Canada et d'autres lointaines contrées mais pourtant chacun pouvait percevoir la réalité puisque la ressentant jusque dans son portefeuille placé au dessus du coeur comme une ultime protection contre les blessures délocalisées.

Des sociaux démocrates verts obligés de disloquer le plus pétainiste des discours choix Famille, Patrie ( Le travail y en a plus donc on accepte plus que les enfants seuls et les femmes monoparentales qui elles n'auront pas de mal à s'intégrer au vu de l'explosion du monoparentalisme des les Démocraties de Marché.) !!!

 Fin trait de méthadone électorale visant encore une fois à réconcilier l'inconciliable dans des acrobaties verbales sorte de Valls à trois temps, visant après le Made in France à promouvoir le " Etudié en France" avant l'inéluctable Né en France. Notre populaire ministre de l'intérieur invitant le parti socialiste à se réconcilier avec le concept de Nation.

Il fallait intervenir devant l'étendu des dégâts et la révolte d'une opinion en désaccord avec sa jeunesse (à laquelle après l'avoir endettée, il allait falloir expliquer la réalité mondiale augmentée.)

 

Finkielkraut pleurait sur l'identité malheureuse :

 

 

 

http://www.rue89.com/2013/10/15/finkielkraut-inter-rien-n...

 

 

 Je ne pouvais m'empecher de relire cette note de 2010 annonciatrice du Made in France et du Né en France.

 

http://necronomie.blogsmarketing.adetem.org/archive/2010/...

 

 Nécronomiquement votre

Commentaires

Quand chacun tient le beau pour le beau
vient la laideur
Quand chacun tient le bon pour le bon
viennent les maux
Quand chacune tient la clarté pour clarté
Vient l'hétéro
Etant et n'étant pas s'engendrent
Aisé et malaisé se parfont
Long et court renvoient l'un à l'autre
Normalité et folie s'entretiennent
Le prévisible et le chaos gingembrent
Haut et bas se penchent l'un vers l'autre
Voix et son consonnent ensemble
Le con-voit et le car-aveugle passe
Devant et derrière se suivent
Derrière et derrière se mettent
Le sage gouverne par le non-faire
Il enseigne par le non-dire
Il décloisonne par le non-plein
Il ne refuse rien à la foule des êtres
Mais il nourrit chacun sans se l'approprier
Il ne communique point sang en avoir sucer
Mais il pourit l'info sans tacher sa serviette
Il accomplit sa tâche sans s'en prévaloir
Il achève son oeuvre sans s'y attacher
Et comme il ne s'y attache pas
Il se maintient.

La voie et sa ( petite ) vertu
Tao-tê-king
Lao-Tzeu

Écrit par : Vincent 1er Jedi | 28/10/2013

Cinquante nuances de (p) rose

Extrait :

Bonjour, ca va ce matin, vous avez bien vomi ? Oui ? ... Excellent.

La chanson de Relent ? Là-bas à gauche, section Médiéval ; montez sur l'échelle, à côté du bidet.
Lisez, crachez, lisez krachés, c'est enfantin.

Cinquante, pas cinq, cinquante, chuis folle, quel choix, ca m'donne le tourni, tous ces rose, pfüüh ... vas pouvoir tapiser mon radiateur, et mon frigidaire, et ma boîte aux lettres, et mon vélo ... .. et des catelles, des catelles, pfúüh. Vives les modernes, vive la science, vive moi.
Ze Pink dézà d'avance ...

Non, malheureusement, on en n'a plus, du tout du tout.
Je peux vous proposer, ... ...voyons voir .. Ça !
Oui, ça fait moins sorcellerie, mais ça reste Hallowen.
Disons question horreur, disons ça fait geignement, moi je ( au centre ), lamentations, tout le temps, en tous lieux.
On en a trois tailles. Toutes du Finkelkraut, oui. Les plus sensibles en chialent de glaise dans leur froc ... oui tout-à-fait.
Disons le masque ' Chevenement ' ça fait vieux, vieille idée, vieux monde ... ça fait pas peur, quoi.
Le ' Kraut ' fait plus d'effet. Il detine à pleurer les pleureuses, il pollue plus du lagon, la surcouche qui fallait pas vous voyez.
Question pu, j'ai encore celui-là ; mais l'Amêrique marche moins bien cette année.
Sinon j'ai le bras détaché, pour tous les continents, qu'ils disent, regardez c'est marqué.
... D'accord celui-là, le bras. Je vous l'emballe ? Non, comme vous voudrez, c'est mieux entre nous.
Vous prenez les trnsports en commun, j'éspère.
Bien sûr, à cause de l'odeur ... Tenez, voilà le flacon et la recharge.

Écrit par : Manus Herbstkrott von Biededaat | 28/10/2013

Les commentaires sont fermés.