23/08/2013

France 2025

 

"Cette stratégie" passe, a  poursuivi M. Hollande, par cinq "objectifs" : "utiliser pleinement notre avantage démographique" ; "gagner la bataille de la mondialisation" ; "réussir la transition énergétique et écologique" ; "faire de notre territoire un levier de développement" et "inclure tous les citoyens dans la République".

 

 

Voilà, chers amis nécronomistes,  l’avion vient de décoller, il ne reste plus qu’à voler encagé idéologiquement jusqu’à 2025 le sommet de la fameuse bulle verte de la consommation durable, la seule qui permette encore d’évoluer vers un avenir progressiste et éviter de revenir au c’était mieux avant et à la montée du nationalisme version fait en France not made in France/

Le salut ne pouvait plus exister qu’entre féerie d’orgueils d’hommes politiques prisonniers de leur historique et trous noirs pour le commun des mortels.

Il fallait donc faire partager la drogue de l’ivresse des hauteurs. Celle que les consommateurs zombis  aspirent et empirent  comme autant de coups donnés  aux raisonnements de fin de moi(s), au surendettement, à  Taxman et à Assedic park.

Lorsqu’on ne peut agir sur le présent,  on met  en scène un futur idéalisé.

Il s’agissait  de se ravager sciemment pour honorer la promesse d’un monde  meilleur qui allait réconcilier les générations puisque les enfants allaient reconstruire tous ce que leurs parents avaient détruits dans une France réconciliée.

La pédagogie allait passer par des emplois aidés, des emplois francs (pourquoi les autres ne l’étaient pas ???), des emplois d’avenir et de l’apprentissage dès  14 ans pour ceux qui ne pouvaient pas être médiateur des eaux et forêts. Version rurale de ce que l’on fait pour les garçons urbains sans urbanité dans les cités.

 

Qu’importe le but était merveilleux : United colors of bulle verte in Market Democracies.

Commentaires

United Colors Green. Démographiquement, ça donne ça :
http://www.francesoir.fr/actualite/societe/xavier-lemoine-republique-court-catastrophe-148488.html

Écrit par : Huzun | 25/08/2013

@ Huzun

J'ai du mal à comprendre le rapport avec la choucroute, bien que je partage à 100% l'article.

Écrit par : Alex | 26/08/2013

Le substrat de la réalité c'est, entre autre mais surtout, la démographie.

Écrit par : Huzun | 26/08/2013

Sauf que la réalité est également, intrinsèquement, implicitement un substrat ( nous créons notre réalité à partir de la " réalité ", devenant autre réel, et ainsi de suite Docteur ) ; ce qui fait de la démographie un double-substrat, éventuellement épaissi avec une langue de bon fromage, un zézeste de salade pour faire bonne mesure, ou un sub-substrat, devenant peut-être selon les circonstances ( que nous connaissons bien, nous y sommes ) un autre réel soumis à sa propre épreuve de création de réalité. Et à la fin, comme dirait Cyrano de Sire Anal, je mouche, ou je douche, ou touche. Ou couche. Oh oui.

Écrit par : Vince in the Dark | 27/08/2013

" Le futur aux trousses " *( Fr. / 1975 / 1h30 )
de : Dolorès Grassian
* titre alternatif : 1 = 2

Le PDG d'un enorme holding se trouve dans une impasse : les loisirs ordinaires ne se vendent plus. Un futurologue lui propose d'utiliser les refoulements de chacun. Desormais, par l'achat d'une double identite, chacun pourra realiser ses reves. Mais l'imagination au pouvoir entraine vite l'anarchie...

Synopsis : Le monde s'enfonce inéluctablement dans la crise. Pénurie de matières premières et chômage massif n'en sont que les premiers et inquiétants symptômes. Au siège de sa puissante multinationale, Sermeuze s'efforce de trouver une solution. Il croit enfin la détenir lorsqu'il adopte l'idée d'un futurologue, Borel, qui lui suggère de vendre du rêve. Puisque chacun souhaite être un autre, il suffit d'offrir aux consommateurs une seconde identité. Le résultat est à la fois spectaculaire, décevant et terrible. Tout le monde rêve de pouvoirs illimités et d'exactions faciles. Le gouvernement confisque le fichier de l'imaginaire et le chaos menace de s'installer...

La fin est " chouette " ...

PS : Alors, cette morale à l'école, ça avance !

Écrit par : Bloody & Boud | 29/08/2013

" Comment ne pas s'étonner que dans nos sociétés. dites désacralisées, 80 % des pasteurs aient reçu des demandes de désenvoûtement. A partir de quelles séquences rituelles de gestes, de prière, de lecture de la Parole, et surtout d'écoute peut-on déjouer ce sentiment d'emprise ? Ces situations lourdes de tensions demandent un grand discernement. "
LibreSens, mai-juin 2013, à propos de " Délivre-nous du mal ", de Raphaël Picon, Labor et Fides.

Nous ne sommes pas au bout de la noire, quand le paradis
( à tempérament, matérialiste, affectif, etc ) est à ce point perdu, il ne nous faut s'attendre à de merveilleuses post-modernités sans passer à travers le prisme ( PRISM ? Ah ) soljénitsynant du cheminement :

" Nous avions placé trop d’espoirs dans les transformations politico-sociales, et il se révèle qu’on nous enlève ce que nous avons de plus précieux : notre vie intérieure. A l’Est, c’est la foire du Parti qui la foule aux pieds, à l’Ouest la foire du Commerce : ce qui est effrayant, ce n’est même pas le fait du monde éclaté, c’est que les principaux morceaux en soient atteints d’une maladie analogue. Si l’homme, comme le déclare l’humanisme, n’était né que pour le bonheur, il ne serait pas né non plus pour la mort. Mais corporellement voué à la mort, sa tâche sur cette terre n’en devient que plus spirituelle : non pas un gorgement de quotidienneté, non pas la recherche des meilleurs moyens d’acquisition, puis de joyeuse dépense des biens matériels, mais l’accomplissement d’un dur et permanent devoir, en sorte que tout le chemin de notre vie devienne l’expérience d’une élévation avant tout spirituelle : quitter cette vie en créatures plus hautes que nous n’y étions entrés. "
Le déclin du courage, A. S. , discours de Harvard, 1978.

Écrit par : Vincent 1er jedi | 30/08/2013

Nor-mal (-)

Juste un petit exemple au hasard sans moules mais c'est bientôt c'est comme la chasse sauf c'est sous l'eau ( gravure ), alors un tout bédite bénite et tout fa pien bénita, donc elle est pas trop contente
Et puis alors ça non elle est pas contente. Qui ça, la dite Dilma, Roussef d'son nom d'famille, la ptite présidente du Brésil à eux.
Parce que voyez-vous, ça commence à faire beaucoup.
Dans le désordre mais dans le même paquet elle trouve en fouillant à peine du tout tant c'est évident et réciproquement :

Des écoutes ( NSA ), des mails, des décryptages bancaires et autres, du tout chou quoi, souvent est-ce-tant-pillés ' made in USA '

Un avióne beolivien dont le président béoliviien lui aussi il est embêté en Autriche avec la France officielle qui pinaille parce que Snowden il est pas dedans mais ç'aurait été bien ( Snowden, de la neige en été, y'a pas idée .. ), la ptite Dilma elle est pas contente là non plus du fait que la Béolivie elle fait partie du bloc régional important dont le Brésil fait partie intégrée. ( NDLR. On y rétrocédera le Paraguay qui a subi un coup d'état de rien du tout, surtout aidé en aucune façon de l'extérieur, mais c'est assez tabou de par chez nous alors bon pis voilà ). Violé la liberté des présidents - en plus alliés - avouez qu'il y a de quoi.

Pour pimentez la séquence, point besoin d'herbes de la montagne voisine, tous pleins de cargos y viennent et vont depuis et vers l'étranger. Tenez : Rajoutons une petite cuillère à café de fuites de capitaux, grâce à la Fed chérie ( de moins en moins allez savoir pourquoi ?! ), saupoudrez d'une pincée de dévaluation du réal brésilien - un bon 15 % pour que cela aille du goût bien juteux pour tout la karma-marmaille, et ils sont nombreux si si - c'est y pas qu'elle est pas contente, ah ben non.

Comme une brique ne vient jamais seule, elle en a parlé avec BRICS, la brique des briques, qu'à la fin ils les briquoleurs quoique de plus en plus pros, et ceci que l'effet de balancier des finances à travers le monde se fassent maintenant n'enlève pas tout-à-fait cet âcre sentiment qu'on ne les écoute pas vraiment, qu'ils sont un peu à l'écart et que si tout compte fait il fallait rajouter un petit quelque chose dans la marmite, ce serait une grande miellée de FMI hors FMI ( qui s'appellera autrement ), qu'il n'est pas excessivement gentil de refondre le capitalisme et tout sans réformer le susmentionné, qu'on fait autrement gna-gana pis ça a assez duré ; d'ailleurs on s'était déjà bien préparé, par Moody Bick.
Un petit 100 milliards bien réparti pour commencer et vlà-t-y pas la suite qui s'annonce pas tellement comme avant, hein, ben après tout on coupe un arbre et ils en repoussent, un truc dans ce genre, vu de là-bas, dondonc.

C'es fouou ce trou du hasard, ce que ça peut faire, avec il faut le dire le fait que ce n'est pas parce que les moules ( et la chasse ) ne sont pas prêtes, qu'elles n'en gesticulent pas moins hors ou sous l'eau que quand ce sera juste parfait le moment M, les ptites karma-marmailles, boliviennes, brésiliennes, .. et d'autres continents bien sûr sinon ce ne serait pas du jeu, elle aimeraient, elles, être un plus petit peu contentes.
content,e,s même racine que se contenter de.


Necronomiquement Votre

Écrit par : Jefenjedi | 06/09/2013

[ ... et ceci que l'effet de balancier des finances à travers le monde se fassent ... ]
-> se fasse, singulier, vous aurez corrigé.

Phrase du jour :

« Pour atteindre à la vérité, il fallait une fois dans sa vie se défaire de toutes opinions que l’on a reçues et reconstruire à nouveau, et dès le fondement, tout le système de connaissances. » Descartes

Pub :
500 ans de passions à votre service, et les 500 suivants si tout va bien, ce dont nous ne doutons pas, les jambonneaux Décloison Frères, garants de la pérennité local à l'échelle globale en zoomant sur le local, fêtent leur anniversaire avec la sortie ' Spécial jambonnette Galax '.
N'oubliez pas le très demandé assortiment ' Louvite restart ', actuellement en réapprovisionnement , pour tout baptême, enterrement, concubinage, fin ou début de guerre, traité de paix, cérémonies diverses ( anniversaire enfant, emménagement, torture, premier voyage, etc ).

Comptez sur notre savoir non-faire, fidèles à notre devise :
" Cohérence dans l'errance, gigolette vous fait la fête "

©décloison-frères-1500-2000-anniv.

Écrit par : Vincz Sa'aba | 06/09/2013

A décloison frères

Un parfait résumé de la situation : le passage du global au glocal donc du global au local pour finir dans le Locable du local au globable
J'aurai prochainement l'occasion de vous parler charcutaille avec la sortie du l'ami nécronomiste JWB sur le cochon.

Écrit par : necronomie | 07/09/2013

Les commentaires sont fermés.