09/03/2013

Einstein, Bibendum et la nécronomie non copernicienne…

 

 

L’idée centrale de la relativité générale est de considérer les phénomènes gravitationnels comme une simple conséquence du fait que l’espace-temps possède une courbure.

L’espace-temps de nos politiques en gravitation au-dessus des peuples possède aussi une courbure.

Le market friendly parle de "sortie de crise" pour signifier la fin du début de la crise, le gouvernement parle "d’inverser la courbe du chômage" pour signifier la fin de l’augmentation du chômage en ligne droite. La révolution copernicienne rencontre la géométrie sphérique de la mondialisation.

A quoi sert un homme juste si son sang se glace dans ses veines au moindre froid ??? A quoi sert un discours de justice sociale si l’on ne peut agir sur la réalité terrienne ???

Le ciel vu d’en haut est bien plus beau que la terre vue d’en bas…

Surtout quand le théâtre des opérations européen vient de subir un Hiroshima économique de trente millions de gens sur le carreau à ce jour et toujours personne en tôle où les premiers entrants seront finalement les ouvriers qui ne se dégonflent pas face au bibendum.

Fin de la séquence du pauvre  rêve français qui permettait d’acheter à crédit de vingt ans une maison en face de son usine.

Dans la France réindustrialisée et flexi-securisée de demain, si l’on veut que la consommation soit durable, il faut que le salarié soit jetable.

Faut être Einstein pour comprendre cela...

Nécronomiquement votre

Commentaires

Fatwa sur le Gange


La nébuleuse d'Orion dans la marre aux reflets narcissiques bodybuldés sur le retour
Le viol à la mode printanière
Les putes qui font vendre ( sic ) leurs papelards aux barbouzeux de la presse pipe-oeil à la Une
Les nichons à l'air groupés qui nous font bien comptrendre que la biotechnologie ne nous sauvera pas tellement, le TGV en forme de lapin faisant réduire l'électricité et le son, mais qu'en l'usine, le labo, la chambrette de l'évangélisme grand écran entre nous varie Jonas l'obsolète s'immisce que voilà Fuc Lerry et ses conseils rendantes caducs les déshinibées de la médecine mamaire, par une idée de haut vol - le cerceau gauche cartésien en pagaille s'affirmant dans les revues les plus en vues chez les humanoïdes encerclés


p. 141/2
La tête en bas. - L'hémisphère sud est incroyablement moins peuplé que le nord : on n'y trouve guère d'autres terres que l'Australie, l'Afrique du Sud, et l'Argentine, portant une faible densité humaine. Dans l'ensemble du monde, le Nord domine, et ses coutumes font la norme. C'est pourquoi le renversement des saisons paraît si confondant dès que nous dépassons le Tropique du Capricorne. Ici, Noel tombe en été, le Midi est plus froid que le Nord, les voitures circulent à gauche, et au lieu de dire au téléphone allo, on dit : olla ! Je vais regarder, demain matin, si le soleil ne se lève pas à l'Occident. Mais au delà de pittoresque accidentel, je sens quelque chose d'important. Que le Nord domine, voilà qui signifie que la science domine sur l'émotion, la logique sur l'astuce vitale, la pensée discursive sur l'intuition, et la culture du sentiment sur celle des sensations. Un jour ce qui est " en bas " remontra violemment, et ce qui est " en haut " s'épuisera, et le Sud aura sa revanche, comme la Femme sur le monde des hommes. *
La haute civilisation du buzz s'amourachant de l'antimnésique ( et deux doigts de cumin, réservez, cassez, laissez 30 minutes au four préchauffé, gazez tranquillos, enfin salez, poivrez, shoassez le to "ut de sable bruni "
( Harla Singer : Mes truites ? un Pin's Cloak, Mezah Verlag)


Les junkies anorexiques mort bides mégapéchès au trois rivières, portuaires structuralistes à la déco londonienne, indignes de Sherlock Holmes car honnis de Lady Beltham ; n'en a-t-elle pas déclaré que le hasard n'en voudrait point, qu'il lui est infiniment plus préférable de s'en remettre au squelette postproductiviste de Fifi Brindacier ou de Rihanna Pongo, Ah le Hasard selon les anglish ! Du caramel rejeté par un trou noir diabétique matiné de brumes, d'olifants et d'eurolinguistes pétales récup / pub de saison / on vous vend tout, ass-maladie, foulard, à boire, meubles, brocante, énergie verte avec du Blethm's Affiro - ou spring Deluza -
La Sissi en Hongrie pour immo-bile et -lé. 7 fois feu la loutre enterré à Coraloi. Bien fait. Parfait. Poulet.
L'Europe ( et le monde ) en fractales se prélassant sur le lit de renouveau à l'antienne des médias qui dans leur plongeon se prennent pour Shopi : Non non non, Le neuf d'aujourfoui n'esf pas felui de 1784, il luis fault rajoite de deux siècées ( ndlr, 1984 )
L'inconnu en sa demeure


p. 122/3/4
16 février. ( ndv : 1939 )
Seul à la maison depuis deux jours. Je n'en suis sorti que pour racler et déblayer la neige accumulée sur le trottoir et dans l'allée. Il y en avait un bon demi-mètre, et il gèle ferme.
Insomnies aggravées. Tous les Européens passent par la, m'assure-t-on pendant les premiers mois d'un séjour à New-York. Ecrit une cinquantaine de pages, sans ratures, les sujets les plus variés. En outre, terminé, tapé avec deux doigts ( oh le vilain, ndlr ), et envoyé au traducteur mon petit article sur le Diable.
Dans les cinquante pages que je relis, cette note sur le roman me semble à retenir :
"Au lieu de développé comme tout le monde une intrigue qui dans le quelconque de la vie pour mener lentement vers la crise finale, pourquoi ne point partir d'une crise subite ? Car avant elle, il n'y a point d'histoire, à proprement parler, comme il n'y en eut point avant la Chute et la sortie du Paradis. C'est par une crise, par une chute, que l'homme se voit jeté dans la réalité de l'existence, c'est-à-dire dans le temps, et la
souffrance, et l'aventure.
Donc, mon héros commencera par sa fin. Un pressentiment l'a fait se lever de son fauteuil, marcher comme un automate vers un tiroir qu'il fouille d'une main aveugle. Il en retire un papier, il le lit. Comme on lirait l'arrêté du Destin. C'est bien ce qu'il savait, mais maintenant il le sait. Il s'appuie contre la paroi, le coeur battant...
A partir de ce moment, il a compris qu'il ne lui reste plus qu'à inventer sa vie. L'autre, celle qui s'était solidifiée autour de lui par le jeu ou la complicité des circonstances et de ses choix, vient de s'écrouler en quelques secondes. subitement, il a un passé. Mais devant lui, ce n'est plus qu'un vertige de possibilités qui lui semble cruelles, parce que chacune naît de la mort d'une habitude qu'il chérissait, ou dont il avait fait nécessité vertu.
Situation véritablement romanesque : faites vos jeux, tout est libre, et tout ce qui surviendra trahira le vrai choix de votre être, malgré vous. " *

L'incalpacité au silence voulu
L'équation mal posée et des changements de paradigmes pareils à la fourrure éécocololo ( la nature frileuse a horreur du vide ?? Presqu'île le disent ... ). Quelle Naéquation d'abord ? Car pour ce faire il faudrait tendre les mains à l'action, telle que préconisée par le département Recherche et Enveloppement du Nourisson de l'Arts Center of Review du Ping.Yang Institute injustement bombardé, quel affront, nous les Chomdjy qué viavan le modal automne / kluiveert 2017 quand tombatant le bobofut construit fut - pour tout le monde et dans la sacristie -en Vénézine et plus tard en Hélvéssie et plus que l'air marrant 15 % d'infertiles ( Du Balai


U solution :

Acuponctaire à CrapauD
Souins du corps à l'oreille d'âne, lait de dragons lymphatique
Brodée Cräàdit
Yokaretouches
Tournez Secöt
Ferez merveille sur la banquise ( Vous )


A gagner :

Une Scotta & Becker 164 double Q avant/ arrière infection bi-coeur ( méchant, ça ) astro-douche 3000 Bé/Quit, meuleuh meuleuh en sus.

Par Justine Soussant-Tuche,
Directrice relations anzoingue
Communic tra vellet mergency


- ¦
/
=

* Denis de Rougemont, Journal des deux mondes, éd. 1946.

NB : Là, tu vois ma fille, là . eul elle est Comme ça, j'te le dis tu m'crois. ..- Une de chez nous tu me prends.

Écrit par : Döttir Penardson Ufljriirrgärdspböer Mistrelli U | 11/03/2013

Le Théâtre National de Strasbourg annule deux spectacles venus de Hongrie.
Le metteur en scène Attila Vidnyanszky est parait-il proche de Viktor Orban, dirigeant un gouvernement surveillé de près par l’Union européenne, homme politique s’étant récemment illustré en adoptant une réforme constitutionnelle qui réduit de fait les libertés démocratiques dans son pays.

Restons en France :
Jacques Attali : « La France n’est pas menacée car notre dette est encore sous contrôle »

Donc c'est clair : à part des roumains dont c'est leur propre faute, tout ce qui dépasse c'est grâce aux russes, point clams.

Si en Suisse, on met 100% pur boeuf sur certaines étiquettes, il y a une raison, logique, à soigner, timide et tout et tout mais une raison quand même : les autres - les pas 100% pur - ont entre 70% et 74% de boeuf, et le reste c'est de l'éponge.

Moralité, sous la mer t'as pas intérêt à réduire les libertés, sinon on te mange pas, on t'embrasse pas, ni te coule ( car on peut couler sous l'eau, et folb à préjugé ) ; et sirènes de Jefendingrad demandant souterrrains à mouiller, sans noyau, toujours réponse avec marteau.

Écrit par : Goestrello de Mond-Sang-sur-Dessus | 19/03/2013

Les commentaires sont fermés.