16/12/2012

De made in France à merde in France

 

Nous n’avons eu de cesse de l’expliquer, le vivre ensemble n’existe qu’en période de croissance, raison pour laquelle la TGD (Très Grande Dépression) balaiera tout sur son passage. L' ampleur de la polémique Depardieu révèle à quel point, nous vacillons sur nos propres fondamentaux.

A force de combattre le nationalisme pour favoriser le libre échangisme, nous avons fini par détruire la nation, le seul socle qui restait pour résister à la mondialisation. La résurgence récente et la reconversion au localisme et à la victoire du terroir via le made in France n’y pourront rien changer.

Dans une France devenue Boukistan, être français ne signifie plus qu’avoir des papiers français…Conséquence, le proverbe Tupolev (énoncé par l’ami JWB) règne en maître :

«Mon village est solvable, Dommage que je ne lui doive rien… »

Il devient chaque jour de plus en plus évident que seul les pays capable d’une forte poussée collective pourront survivre, à l’image de la Turquie qui vient d’annoncer sa sortie de crise.

Réconcilier fraudeurs pauvres, travailleurs localisés dans leur propre pays (donc condamnés à s’appauvrir sur le lieu même de leur richesse) et exilés fiscaux nomades internationalistes autour d’une vision collective n’est pas un petit défi.

Nécronomiquement votre

Commentaires

Bonjour ! J’ai dorénavant compris les modalités à mettre en œuvre grâce à votre billet que j’ai parcouru avec attention. J’ai désormais saisi la démarche à mettre en œuvre. Je vous suivrai sur votre flux RSS. À bientôt. Brigitte

Écrit par : barthélémy | 16/07/2013

Les commentaires sont fermés.