21/11/2011

Docteur House to rent version FMI

 

FMI.jpg

Les survivants de la période se souviendront dans dix ans avec émotion, que  nos dirigeants pratiquaient le seul change avantageux : Celui qui fige le temps et qui fuit en un temps qui attend.

C’est la raison pour laquelle, ce sont les derniers à pouvoir réfléchir en terme de carrière.

Le temps économique n’existe que peu ou prou une année d’élection en France, il n’en reste pas moins que dans un monde en Très Grande Crise où l’unité de compte est le milliard, 1 mois sans action = 1 an de récession.

Preuve en est, les Marchés souverains organisent désormais eux-mêmes les élections en Grèce,en Espagne, en Italie…Rappelant ainsi violemment aux politiques qu’ils ne sont rien d’autres que les salariés déguisés de la Money Power et qu’il suffit de les remplacer par des anciens banquiers centraux pour obtenir des meilleurs résultats.

Quand Christine Hagarde redevenue Lagarde à vue viendra elle-même auditer son bilan accompagné de sa troïka, elle s’apercevra de ses erreurs et en tirera des enseignements pour le FMI : A savoir qu’un ministre des finances dans un univers mondialisé ne doit pas être opérationnel dans son propre pays car il sera immanquablement prisonnier d’un quotidien et d’un historique qui l’empêcheront de prendre les bonnes décisions.

Le Docteur House qui passe l’essentiel de son temps chez lui à jouer avec des boules ou à regarder la télévision réussit ainsi toujours ses diagnostics par le simple fait de ne pas être opérationnel et de n’entretenir aucune relation d’affect avec le patient.

On ne remonte pas les champs élysées, on les descend…Le bunga-bunga s’effectuera désormais entre tutelle et curatelle les deux mamelles du FMI. L’expertise de DSK va nous manquer…

Nécronomiquement votre

Commentaires

SchausplielRaus
( avant -première de Oxymore versus Schizophrénie )


Personnages[ modifier]

-Les Visiteurs
Claire Zahanassian4, née Wäscher, milliardaire
Ses maris VII à IX.
Le valet de chambre
Toby, mâcheur de chewing-gum
Roby, mâcheur de chewing-gum
Koby, aveugle
Loby, aveugle
-Les Hôtes
Ill
Sa femme
Sa fille
Son fils
Le maire
Le pasteur
Le proviseur
Le médecin
L'adjudant de gendarmerie
Le premier citoyen
Le deuxième citoyen
Le troisième citoyen
Le quatrième citoyen
La première femme
La seconde femme
Melle Louise
-Les Autres
Le chef de gare
Le chef de train
Le conducteur
L'huissier
Les Gêneurs
Le reporter I
Le reporter II
Le speaker
L'opérateur
Güllen voit depuis plusieurs décennies ses caisses se vider mystérieusement. Les habitants sont au bord du gouffre lorsque la richissime Claire Zahanassian décide de retourner dans son village natal pour fêter ses noces. Le village entier voit cette visite comme une opportunité et espère soutirer plusieurs millions à la vieille dame. Mais tout ne se passe pas comme prévu et Claire provoque une véritable chasse à l'homme dans Güllen : elle offrira un milliard si quelqu'un tue Alfred Ill. Ce dernier était son fiancé pendant leur jeunesse et l'avait abandonnée et éconduite après l'avoir accidentellement mise enceinte. Certain que ses concitoyens le soutiennent, Ill est de plus en plus surpris quant aux modifications du comportement de son entourage : famille, amis, clients... La crainte et l'angoisse prennent le dessus et le vieil épicier finit par fuir. Mais rattrapé par les habitants, il s'effondre sur le quai de la gare, pensant qu'il ne peut plus être sauvé. C'est alors que la milliardaire avoue avoir elle-même racheté les usines de la région pour les fermer et ainsi causer la ruine de la ville. Dans ce climat de tension et d'hypocrisie montantes, Ill se reclut dans son appartement, attendant que son heure vienne. L'homme, bien que préparé à mourir, refuse la proposition de suicide du maire, qui aimerait bien toucher l'argent sans avoir pour autant à devenir un meurtrier. Alors que la ville est envahie par la presse venue des quatre coins du monde pour le mariage de Claire, une grande réunion communautaire a lieu pour régler le sort du commerçant. Sans procès ni honneurs, Ill est froidement tué au fond d'une ruelle, sans que nous sachions réellement par qui. La vieille dame remet alors le chèque au maire comme promis, et s'en va, comme si rien ne s'était passé.
La Visite de la vieille drachme (Der Besuch der alten Dra-ch-ma), 1955
Friedrich Dürrenmatt.
wiki merci


.. ainsi qu'à Alexandre, le 74 qui a toujours fait passer la saine nourriture devant nos modes de vie débiles - pas forcément incurables - indolores au présent, silencieux comme l'eau qui monte, la conscience en sommeil, discrets comme la fente préparant l'avalanche ( mangez de saisons des total étoffe-celtiques, c'est bon pour le létal, tout en désengorgeant la vallée. / AQ' elle était était µillisieverte m'avalée ).

Le Shodô ( instant présent, dans l'art de la calligraphie, mais pas seulement ) ne se préoccupe point de la malbouffe, il l'a rejette, sans penser Unik, par l'alpha et lØm - et gars, et même ma soeur, libératoire geste du Qi qui kiki.

By The Way Il est toujours Noël, Pâques avant l'heure, la rentrée à la sortie, cartables vendus en juin dans nôt'bonne grosse grande distrib de sorcière favorite, in a way you know nous digérons tout le temps et digérons le Temps à défaut de le contempler dans sa splendide lenteur au delà de rapides émotions ( diable larvé que vous reconnaissez ), simplicité biblique du refus inconscient ou à demi conscient de la posture matutinale de l'oeuf-doji = étoile du matin sur le poulailler d'en face, la pipe qui suggère, l'aéroport trop djintage pour qui veut baiser avec la vie et le lentement thé au harlem d'Archimerde, bon fumier détesté des citageois, qui n'aiment pas non plus le son des cloches, il n'y a qu'une TGD [ la Grande Leçon, pas plus de 2x par millénaire ] ( voir l'Esprit Shunk se pavane, en nos archives et cat-tombes ).

Car si l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, nous enfin à nouveau au bôdel de la gauffrette, mignon, sauf que ce gouffre-là se situe largement sous la ligne de flottaison, vers ces rides médio-océaniques, quelque part a kind of barque amphibienne, Dieu Rà des profondeurs, Romina en la photosynthèse, Sub-Coralie de la Mancha, hésitant plolotiglubement entre la fosse des Kouriles et celle des Aléoutiennes ( 7 679 mesuré de profond la fofosse quand même ).


Si donc le futur appartient à ceux qui ne trouvent pas le repos et ne savent pas lire en patientant l'aurore sanglante de nos vertus dilapidées dans le Trichomosphore de Sainte-Mémiche-La-Glande-Ouéille, Ouaisse d'algues plutz mélangées pour un tiers dans de la vaseline christique, le reste dans mon fort intérieur et c'est vrai qu'il se marre à 1U heures ( = 2 Ki russes ), ne négligeons pas pour autant en emporte-levant les délices de la suite, car il y en a une et elle est royale, telle la voie de la nécronomie, laquelle ressemble des fois à un Melchior guidé par l'étoile du Berger ayant oublié sa banane, mais pas le Nord, ce qui fait toute la différence.

En parlant d'éco, au vu de taux dix ans hongrois, slovènes et sachant quelque rudiment d'histoire, vu l'écart interne en différents pays que je ne vous ferais pas l'affront d'énumérer sauf pour passer pour ce que je suis, je n'y tiens pas voulant absolument rester dans l'anonymat relatif version parmensan-fougère-profil droit - le cervau étant compris dans le rab de 10%, mais pas les doigts de pieds, la manucure n'étant pas encore aussi rembourrée, heu -rsée que la kikinésablithérapie et l'odoshlurption - t'as l'assaut pas 'assiette faut choisir ben non un bon guerrier se doit d'être diététiquement pas trop de guingois.
A la vue donc de ce mauvais théâtre d'ombres Cacharel, tiens et à propos de nos jours on fait des procééés à n'importe quel mec pour un mot mal placé, évidement la justice remonte la pente savonneuse ça rapporte court.termistement solu-sionistement plus que des aces à la volée pour endiguer des foules qui n'y pige quedal surtout lorsqu'elles sont en boutons ( de vabioles ).

Pas si Win win by the way ouais le moquette-to-racket, endlichwho finir par cap-carnaveral-de-rio-aller sans retour eh, vous avez déjà vu un Mustapha dans l'ISS, Non ?! Bon alors on en reparlera quand l'Eiropü Stdringuera ( cf L'Europe - et le monde - en fractales, voir en nos archives et caveaux ).

D'ici-là, bique.
Surtout que le XXL siècle sera troué ou ne sera pas.
Et puis, pour faire bonne figure et puisque l'on nous taxe quelque fois d'inutiles et que le cynisme n'apparaît à ce qu'il reste d'ophtalmo chez nos contemporains les plus ignorants de ce qui se trame dans les coulisses du temps et de la cosmoflore, que comme un pis-aller - alors qu'il, notre cynisme, ne fait plus pipi au lit, lui ! Et bien voilà le
Dai Dô Mu Mon *

Bonsoir

* " Les grandes idées n'ont pas de portail " ( voir en nos archives, liens, baves, miouzes et des mises en dur dans le bocal pour les jours sans fin ). A propos, les restos du coeur mangent plus équilibré que la moyenne des Genevois; dur.

Écrit par : hilaRän Clitrorg | 25/11/2011

Une femme qui veut faire plaisir vous propose automatiquement des pommes ou des biscuits
" Tu veux "
Beaucoud de biscuits, troop de biscuits, ... et en pleine soirée

" Tu veux une mandarine ? " Surréaliste..

D'où la fin du monde tel que nous l'avions connu

https://www.youtube.com/watch?v=OgCb9mkf7Do

Écrit par : Aåd de De Morg Enan | 25/11/2011

Le Flukèchstan nous est promis
( Cocoprosatannol Nous voilà 2e Leçon )


Et là-bas, il y a (t) out
Et Tôt, fille de Tôt-iAfà, reine des sables, des schistes mi-rugueux à pâte molle et de AshL ( qui donna son nom à un fils d'Anglais introverti et de la descendance ex-pâtre-yeh-yeh - non non, rien a changé, Tôut Tôut Akon Ti Noé - sur l'incontinent donna aussi la fameuse Miss Asshomley-Nimitz aussi, appelée La palpitante aux morilles, car elle travaillait ses cordes in situ, en forêt, faisant fuir la faune et pousser les champignons. *

* Relire à ce propos La TGD enfin révélée au Grand Public, 25.09.2011, ses commentaires, sa tour, sa marbrerie ; dont au passsage,
" Comble pour les architectes du NOW ( Nicotine Ovni Worduku ) et toute la science officielle dont tout le bardas de la philo et jusqu'à la couche-culotte d'Osiris, elle n'en chantait pas plus mal ",
pour dire la pugnacité de la Miss Asshomley-Nimitz à l'athéisme trompeur délicatement suranné sur un lit d'isoprènoïdes decarbolants à 5 carbones, la Miss Mousse il faut le dire veuve de Paracétamol Nimitz
" • roi de la toundra sur immeuble

• créateur de la ligue des archivistes bipolaires en exil

• intérimaire de la foi 

• preneur de son lors de prises d'otage en dialecte "
Tout le monde le sait maintenant, mais aussi lui-même fils d'un antiquaire et d'une antiquité ... invendable, inestimable, elle est bien là où elle est, d'ailleurs qui en voudrait ? Paracétamol dont la descendance généalo-générique fut l'acétalgine, deux fois moins cher en pharmacie, et même gratuit mais un braquage est toujours risqué, Monsieur Nimitz, surnommé Pdoundr en souvenir d'une virée avec ses amis dans une contrée nordique où il apprit à ses dépends que l'on peut tout faire sauf battre un fils de viking dans la course au meilleur calendrier / thème automne-soie-dentelle, Monsieur donc celui qui se maria 5 fois, et ne regretta que le chat qui lui dura 18 ans, ainsi va la légende, ainsi finissent les contes, tel est notre festin.

Le Flukèchstan nous est promis

Et au plus au point, ce qui va devenir la 2e renaissance du Catalan.
Qu'est-ce ? Et bien, pour imager, signons les yeux fermés comme dab pour l'espèce parapluie. C'est du sérieux ; d'autant plus que notre cher CEO s'étonne ces derniers temps que la France ne puisse plus dépenser que ce qu'elle a ( carte maestro ). Franchement j'ai mis plusieurs jours avant que de piger qu'il y avait de découverts autorisés et de non-autorisés. Un crétin temps pour affirmer que oui déjà, nous sommes à l'époque de " j'ai moins 5000 balles, c'est comme Mach - 15 ".
Alors cette espèce parapluie ? Le fleuron de notre prochaine patrie est la perdrix grise. C'est un fait, pas une métaphore, où les deux, donc une cigogne et par là même un accordéontologisme, point final. Mais comment en arrive raton la /veur ?
Par l'égale distance qui sépare les neutrinos de la bouillabaisse, à travers les agrégats soumis au carbone 14 avant et après " Les plus grands du rire sur la planète ont un incroyable relent de morue ", il se trouve qu'en développant des surfaces de compensation écologique, des bandes-abris, des jachères florales, de préférence en réseaux formant les milieux favorables à la nidification des perdrix, mais aussi d'autres espèces, tant animales que florales, la décocacollaboration entre divers acteurs ( agricukulteurs, scribes, japonais, belphégoristes d'état autonome non putréfié, ça existe ), la réintroduction de cette volaille qui était sur le point de disparaître est et sera notre Sucess Story, notre emblème, notre souhait, vos réalités inavouées, mesdames.

Dans ces milieux, dont le Flukèchstan regorge dans l'arrière-pays, reviennent les bruants, alouettes, tariers pâtres, sourcils de Transdeltam Lady, fauvettes grises, sans compter toutes sortes de graminées, erronées et de fleurs sauvages, sauvées de l'Unik Thinkingue, donc d'insectes, d'oeufs de dragonnelles à piol roux, de papillons, de reptiles communs et propres mais pas trop. C'est à cette lumière que la perdrix grise, reflet d'un partie de nos âmes ne demandant qu'à être charmées par les trémolos de la vacuité ( tant qu'à faire faisons ! ), peut être qualifiée d'espèce parapluie, précieuse pour la diversité, désormais emblématique de la Flukèchssion : tout ce qui entre désormais dans son domaine, au nom de la loi dite de Cocoprosatannolité, étage 42, rue GAUCHE, aliné 9, dix-neuvième mouture, promise alentours 2035, devra passer par nos soins, nous mutants de 2e génération, chantres et éclaireurs de la précognition d'Evert et les abeilles, sachant que le dessein qui sous-entend la sus-dite Evert née Gand, flore inconnue et pourtant fille de Jason, est immanent dans la casserole, tricheur à ses heures dans la transcendance, burgonde jusque dans la soupape, et qu'à ce titre il est hautement comparable en données nominales, relatives et de cacahuètes à l'épisode " Star Garce, l'empire soutien-gorge ", si ce n'est plus. Mais soyons déjà bien contents du fruits de nos balbeurs, et si d'aventure la forêt nous envjihahhy accueillons là Tôut Tôut Akon Ti Noé, suivant un de nos mantras préférés : On envie qu'elle pute , cette belle euh, qu'elle pête, cette bulle.
Histoire de se refaire une santé, avant ...
... LES PROCHAINES MALADIES.

Ce qui doit être détruit doit être détruit, ce qui n'a pas à l'être peut l'être et donne envie de râler, ce qui doit être corrigé on le corrige et puis voilà.

Écrit par : Erard Eicher | 25/11/2011

PAPANDREOU

PARANO RUDE
NAPADEURO *
PANADE PAR OU ?
ARA POND PEU
PANDA PEROU
NO PDA PREAU
RU EPAND PEU
PARDON ? PEAU !
PAP(EU) DRONA
P NO DRAPEAU

* on le doit à msieur crottaz

MARIO MONTI

MAO TIMONIR

Écrit par : VENT INC. | 27/11/2011

Petite communication aux individus / citoyens / consommateurs / détenteurs sans intérêts


La taxation, à hauteur des prorata sur la fortune et augmentée de 50% si d'autres fraudes ont été, ou sont supposées avoir été commises par des personnes ou des clones de type 1.a.16° résidentes dans un pays ou une zone de droit de la CROPA'FRIC, sans que ces personnes ou ces clones de type 1.a.16° puissent de quelque manière que ce soit se rebeller en justice, et ce en regard de la loi sur la détention arbitraire - nouvelle teneur - d'information ou de biens pouvant nuire aux intérêts supérieurs de l'organisme privé/publique/chakra menthol sus-mentionné et dont le for se situe à la Pâque B_Alet, cette taxation sur les fourmis, libellules, papillons, oléagineux vivants en captivité, donc illégaux, est majorée dés le 16 décembre 2011 de 34% au minimum si pas d'antécédents, à des fins d'utilités publiques ( santé, police, foie, catamarans, voirie, ... ), somme dont 15% ( de 34% au minimum si pas d'antécédents ) est redistribuée automatiquement via le CDRAC - Caisse des Dépôts, Redevances et Arnaques au Crayon - aux futurs élites de la CROPA'FRIC, et ce en vertu de la loi dite de Veille accord Poupin du 2 août 1998 pour la conservation des acquis systémiques et prolongée jusqu'à ce qu'elle ne soit plus valable.


Excommunication sans signature

Écrit par : ----. | 27/11/2011

FOLLO (W


MARIO MONTI



MAO TIMONIR
MI TARI MOON
MARTI MOONI
MONO I TRIMA
MAMI NOT RIO
AIM MORT NOI
ROMI TON AMI ?
MOMO TAIRNI
MINA TROI MO
MONOI MI ART
TRAM MOIN OI
OMO AIR MINT

YORATI 2LANÈg A NŒ ¿

Fin d'œi de 6 clopes, la tempête peut commenÇ

Écrit par : :-___¢∆¬. | 27/11/2011

MIAMI OR NOT
MOMI NA RIOT
TRIO MAM ONI
TROI ON AIMM !?
IO MARMITON

jus (3) : pacte de stabilité avec le Diable, Mario Monti, Hella Angela,

Écrit par : JE DIRE 1 VENT INC. | 27/11/2011

Kleenex à la hache


Après le Grand retour du tricot *, le grand retour des petites mains, fesses et nichons de vallées auto-développées en partance , Occupipipiscence4, la vaisselle sur le porte-baggages, tutoyant la gloire par la binette à fleurs du cimetière bi-religieux, à savoir cramé pour l'hindou et droit la Mecque météo pour les affolés de la tiare à la dune mauvaise, rimbaldiens en la crépusculaire dune d'airain, sacerdotal monticule de refoulés à Bac-Ontogénèse, soit-médisant pire que les chrétiens mais n'ayant pas envahi de pays tiers donc avec un handicap majeur sous la pédale, ne pouvant rivaliser qu'avec les KwaZa-Patothèques rances et définitivement trop VHS pour la suite, et encore en monocaméral sniffé à l'ail de toundra version " Tania Bomby chez les Dogons voue en transmet pour patienter " ( vers 20h30 sur Gimi 23 ), la suite désormais se prélasse sur les champs de batailles comme d'applications, charognards chirurgiens de la dissection, la gourde d'O+ à la main, breuvage de métro, deneuvard pur mais philanthrope quand il s'agit de Smath Nash et ses copains, un peu facile dans la concorde, inefficace quand le flouze se tire à Mach 16 de la tirelire grognasse, tout cela dans le même laps que la Big WS et City se calfeutrent à la pensée de l'écroulement - déjà commencé - où quand le saint des saints se saisi de stupeur à son propre sosie qui le suce.

Le grand retour des ptits culs, des fausses dents, des armoiries de dortoir, de la frénésie au compte-gouttes, l'Urban parade thématisant la fosse en papier- mâché, ne pouvant le faire en dur pour trois raisons dont deux principales, la première étant que la matière noble n'y suffit plus, la lécheuse de seconde qu'en période d'antimatière les infertiles envahissent même les hangars à trottinette Not(o)l [Bon Not(o)l, vire Not(o)l, apporte-moi Not(o)l, je glousse et te tune Not(o)l ], la raison la moins délicate à traiter étant d'humeur plutôt vague, genre dentifrice d'aéroport pour bras de robots sans choco sur Vénus, et pour cause s'ils rapportent la preuve que l'eau existent bien loin de la biosphère, après deux ans de travaux extra-véhiculaires, sans magazines sans soduku, se sera toujours sale et trop clean à la fois, sans la plus petite molécule d'alexandrin, de refrain, de sautillés juvéniles, que nos scientifiques, tristes centristes, dégommeront leurs salades sur la possible vie quand cela peut être le cas, nous verrons disent-ils, pendant que les guerres sautent et les amants itou, la raison impure, toujours critique, jamais contente, le gobelet Yagha dans le froc, la mise sous tutelle qui pendouille les bretelles, le Colorado dans la chaussette, bref, top molle, la carthaginoise oubliée des ombilics, puant d'autres inintéressantes diplomaties avec spray au Mango Chutney, ainsi reverdirent les besoins d'octobre et les larmes de Falballa, où l'on s'y attend le moins, à la maison, au chaud devant la marée Stroganov, les quinquets au solaire et la poêle à Ankl mort.

* voir en nos archives non-lymphopénisées, météorisées par Duguonquel, sous l'oeil avisé de Stira GthwaZu, faux prophète mais vrai nutritionniste pour castorsà Nthwael-les-Borans, en Vadsoix.

Écrit par : Balthazar Méulille-Téttin-Palthouze | 27/11/2011

AMIR SAMU O
O SAMU'EL AL AMIR MOON TI


TOI Le Très Haut sur la chasse du bon vieux temps, jamais plus à l'aise avec le surimi aux orties qu'avec le pot-au-feude la diligence sépia cadrée au mur que l'on ne regarde qu'avec le lumbago en attendant le SAMU, toi à qui aucune tornade n'a osé en toute perception comparée dont 20 photocopies ne serait-ce que contester le dixième d'une seule pellicule de tes vénérables cheveux gras, toi à qui l'on doit le salut même en congés payés à Gøteborg, nous t'implorons encore une fois, en ces temps de péniches smicardes et d'échalotes tiers-mondistes, ne te mets pas en colère, nous t'en conjurons, voici pour preuve de notre inestimable estime quelque offrande, en fait ce que nous avons de mieux, afin que tu nous protège-tibias et parallélépipède-rectangle, nous l'avons chéri et emmuré pour TOI O ASMU TATAGROMI, prince de toutes les contrées neuronales connues à la grimace changeante, incommensurable et digne, magnifié devant notre village par la statuette-pullette-salopette, il est là pour TOI SAM RAMA RATA TOIA MUN TI TIRLIT IT O, prend ce que nous t'offrons ou nous chercherons un Dieu un peu moins couillon dans la vaste choix de la malle de ce mauvais théâtre à fraiser les miches de nos ennemis les plus sincères, bon anniversaire O PECU OOI HOU.

Écrit par : Gamalalae Othaka-Pin | 27/11/2011

Les commentaires sont fermés.