07/05/2011

LE CONSEIL LITTERAIRE NECRONOMIQUE

couv-web.jpg

Certains le pensaient hors d'Etat, trop usagé. Le vampire a moins de dents mais il peut mordre comme avant...

L'ami JWB , 9 em Dan de judo mental et autrefois meilleure plume de l'AFP, nous revient après s'être fantomisé en publiant une oeuvre majeure qui  décloisonne les deux plus grands économistes français : Jean de la Fontaine et Jean pierre Pernod (Mondialisation vs localisme).

 

 

 

A l'heure où les quotas et les habitudes alimentaires etnhiques font jaser, PIE NOIRE, se révèle  un livre de micro-nécronomie incontournable que n'aurait pas désavoué le général Gourgaud lui-même :

"Quand a son plan, nous nous flattons de démontrer qu'il n'en a point..."

 

Pie Noir du Pays Basque

Une race sauvée par une poignée d'hommes

 

Préface Périco Légasse

Textes Jean Weber

Photographies Pascal Rabot

 

« Urte gaitzari bihur daite belazki, arto eta urdai etxen duena aski »

Celui-là résistera gaillardement à la mauvaise année,

qui a du pain, du miel et du lard en suffisance dans sa maison.

Commentaires

Je ne sais pas pourquoi mais je partage votre enthousiasme pour ce livre d'Histoire de Lard basque qui tend notamment à prouver combien la modernité est réactionnaire et réciproquement.
Aupa!
le petit écrivant de service

Écrit par : Jean Weber | 07/05/2011

le local c mondial

C'est d'ailleurs en bonne partie pour ça que je me mouille dans la votation * ( suite à un référendum, holà ) qui voit d'un côté les bétonneurs, déclinant dans l'opinion mais pas encore assez, frange hypranihilste de l'immobilier maquée à la politique hypranationale dont il n'est pas besoin de faire un dessin - juste un contour pour souligner que l'on passe inexorablement au social de lompe
( depuis que la funeste gauche caviar est devenue trop chère ), toute aussi illusoire - face à la cohorte d'énerguments qui tient à son sol, aux logements sociaux, en lieu et place de la grande pelleteuse sur les terres alluviales et donc très fertiles du canton de Genève.

Et pour une fois, on en parle dans les cafés et les chaumières
( j'avais souligné en novembre qu'il s'agissait d'un emblème,
au - presque - même titre que celui de la gare de Stuttgart ).

*
Sauvons la Plaine de l'Aire, le site :
http://www.plainedelaire.ch/wp/
Pour les curieux, dans la barre de menu, cliquez sur Documents.
Les articles ...

ps : J'ai vu moult champs passer à la trappe, mais jamais une telle caricature, mensonge exorbitant de la démagogie. Et trois millions de campagne pour ces messieurs de l'immo. Nous, on a quelques noms..

Il est vrai que la période est exceptionnelle, que ce contexte mérite de temps à autre des positions aériennes, du genre et à propos de la fermeture de la galerie Beyeler ( pas la Fondation ) à Bâle, tel commentaire :
" Un grand monsieur et une galerie hors pairs. Une vraie référence qui s'en va. Cette collection et la galerie Beyeler était une des rares galeries à ne pas s'incliner devant les "tendances" mais uniquement devant le talent: c'est rare avec les nouveaux "faiseurs d'art" actuels dont les "oeuvres" n'ont aucun contenu et ne sont souvent que des crachats pour les nouveaux riches incultes au goût de chiotte. "

Ou tel écrivant, là, JWB en pdf,
http://www.presse-paysbasque.fr/wp-content/uploads/2011/04/Pie-Noir-du-Pays-Basque.pdf
via
http://www.presse-paysbasque.fr/
" Pierre Oteïza [...] a eu à piloter une ferme de famille où régnait surtout la brebis laitière manech tête noire s'est vite convaincu que la vérité, partout et toujours, réside dans le produit. "

Écrit par : Vincent 1er Jedi | 07/05/2011

Pernod, combien de volumes d'eau?

Écrit par : jean-dirassen | 08/05/2011

Weddinje vaidingue

Alors que certain(e)s vont se taper Monaco, et Dieu sait quelle suite de la mariée en pré-cata chaotique, fin de qqch et début d'autre chose ( dont la microcitoyenneté ), il eut été dérationnel de laisser le blog devenir une poubelle à réclame. Merci Jean-Pierre, grand effaceur devant l'intemporel.

Cela indique au moins une chose, à savoir que formellement depuis cinq semaines et demi maintenant, de façon précurseuse et symbolique depuis la Toussaint 2010, les incessants coups de pieds dans la fourmilière provoquent les soubresauts habituels d'un monde qui commence à paniquer force 4 sur ses fondations, par le fait que ce dernier s'est éloigné de ces mêmes fondations ( celles que l'on peut renouveller et améliorer éventuellement ) pour s'en aller dans un mur qui n'existe même pas ( dépression versus désarroi schizorthologique ).

A l'heure de la simplicité volontaire, ou non volontaire et c'est plus dur, de l'avoir ou décroître positivement (= être ), surtout en acte, au moment où il suffiraient de 5 malheureux milliards de $ pour financer les retraites de la poste publique américaine sinon faillite en septembre - au lieu de 5000 pour le système sorosien, que l'on ne s'y trompe pas.
Le problème est général, sans frontière connue ou par des médiums qui disent ce que leurs clients veulent bien entendre et se voir confirmés dans leurs assertions et pantoufles morales.

Au moment où du Sud au Nord pullule la sous-enchère salariale, qui traite ceux qui sont inemployables, par opposition aux chômeurs employables, comme des animaux de batterie sans couverture sans dignité, avec la complicité du politique (" et encore moins du milieu ", y compris les Verts allemands, amoureux de l'OTAN ), au grand instant où les patronaux se renseignent sur leurs futurs employés potentiels via les RSFI ( Réseaux Sociaux Flicés Internet ), depuis ce début avril que la période elle est belle que l'on arrive plus à suivre tellement il y a de de sujets à problèmes donc nécronomiques ( je me suis refusé à faire un com' à chaque fois qu'on aligne des horreurs ), que de JH à Ben Laden le score est trompeur, le quotidien n'en a rien à branler, que les tabous s'écroulent gentiment sous la table direction le jus de chaussettes, une bonne nouvelle est cependant tombée, elle aussi sous la table, voir carrément chez les voisins du dessous ( on ne dîne pas impunément sur le balcon entre excités ), il s'agit d'un slip de femme ôté à la hâte, sauce aux asperges comprise ( on ne mange pas impunément quand veut faire aut'chose ), ce qui tend à démontrer que nous bel et bien passés sommes au-dessous de la ceinture en plein air citoyen, en soi une nouvelle assez banale, et que parmi les bonnes façons d'y remédier nous aurons noté la saturation et l'intensité de L'intelligence Artificielle qui comme le dit le proverbe n'a aucune chance en face de la Stupidité Naturelle.

Le pôle nord magnétique a bougé, plus que d'hab. Qu'il en soit remercié car il montre la voie. Ne manquent bientôt plus que la suite royale, dont l'imMollahtion en mouvement dans le hall et sous la douche ( deux endroits en même temps ), le tarif à la baisse des triangles graphiques chers à Dany, qui phiniraons en losange toltèque sur canapé troué, ainsi que de variables allées et venues chez le diamantaire attitré de Zoumbala, le chien devenu plus riche que sa dame ( hu, saigne ! ).

En TGD, on marie qui ??!
La princesse Leila, oui bon, mais avec une robe au caannabis !
Merci Docteur.

Écrit par : Vincent 1er Jedi | 11/05/2011

L'ami Jean, 9ème dan de judo mental donc, profite du printemps des révolutions arabo-islamistes pour exercer son droit le plus strict à la provocation la plus élementaire, en sortant de dessous sa ceinture cet ode aux cochons.
Chapeau l'artiste ! Enfants, voici les voeux qui passent, cachez vos roses kimono.

Écrit par : Hman | 11/05/2011

Les commentaires sont fermés.