24/04/2011

La bergère schizophrène...

33c0b631d892cad19c65683c402a02e8.jpg

L’échafaud étant dressé en ce 24 em jour d’avril, le goût du désastre suppléait l’attraction des astres.

Pendant que les jeunes iroquois, braquaient, cassaient et montaient leur vie comme un film pour acheter de la pellicule blanche, chez nos hommes politiques, le surnaturel avait pris le relais du principe de réalité.

Les programmes des partis optant pour un nouveau mode littéraire comme le nouveau roman autrefois. Il faut que le programme ne contienne rien de réel, aucune observation du peuple incapable d’appréhender sa vie, et désormais destiné à éprouver des sentiments qui n’existent pas.

Ainsi l’Insécurité est devenue un sentiment (ou une névrose) comme l’Amour et tout aussi répandu.

En niant l’existence de cette réalité et en la considérant comme un sentiment qui n’a rien de réel, la politique semble être devenue la vraie extase : immobilité de carrière sous couvert de désintéressement complet et une vie et un bonheur tout à fait en dehors du champ de l’expérience humaine.

Il suffit pour cela de rajouter un horizon à l’horizon comme cela vient d’être fait, liant l’immigration au problème des retraites (réflexe post colonial) mais demander la fermeture provisoire de l’espace Shengen.

On n’est jamais seul quand on est schizophrène.

L’Hypermarché est en travaux…mais on se souvient soudainement qu’un « barbare » peut cracher de l’essence sur une bergère schizoïde docile, appelé laïcité, la faisant s’ouvrir cuisses hautes à la sentence jaillie du phallus appelée démographie comme si la terre basculant sur son axe recevait dans ses entrailles une coulée de ciel lourd..

Mondialisation vs localisme dans un univers où les gens se regroupent par code postal...!!!

En route vers le grand splaaash, la piscine des ténèbres de l’économie…

Mai et juin vont être (dé)chargés

Commentaires

bonsoir,

cette remarque sur les gens qui se regroupent par code postal est très vraie. aujourd'hui on a abandonné le concept de nation au profit d ensembles à la fois transnationaux mais aussi locaux, comme pour faire oublier que le vrai sens de la frontière et de séparer deux états-nations. Où sont donc passés les droits de l'homme pour les tunisiens qui voient la France comme un eldorado ? Ils en sont réduits au rang de n'être "que des Tunisiens" ?, comme si l'homme était finalement attaché à ses racines, bien loin de ce que voudrait devenir le grand capital mondialisé et dont le modèle était censé s'imposer aux hommes eux mêmes (un échec, apparemment). Les hommes sont en effet liés à leurs racines, mais au delà des racines la naissance des nations a permis de former des agrégats politiques bien plus évolués, loin des races et des sentiments d'appartenance à un quartier, au 93 ou au 16ème. Comme le disait Juvin dans son dernier bouquin : "le temps sera bientôt venu de faire l'éloge de la frontière". Et ce n'est pas nécessairement sous un angle xénophobe qu'il faut regarder cette tendance, bien au contraire à mon sens la redécouverte de la nation ne passe pas par un rejet systématique des immigrants mais par la définition de ce qui est nécessaire à les intégrer durablement à la nation. Les quotats pour l'immigration sont autant une aberration que l'est Bâle xxx pour la finance, ce sont des visions mathématisées d'un monde qui est fait d'humains et de réactions relatives à la culture.
Définissons ce qu'est notre culture pour savoir qui peut s'y intégrer. Si la culture se limite effectivement au centre commercial, n importe qui serait le bienvenu. Mais sous la couche de consumérisme qui peut être balayé a tout moment il reste l'essentiel, réduit à quelques fêtes religieuses et quelques références de batailles historiques qui ont presque perdu leur sens mais dont on sent qu'elles apportent encore le peu de civilisation à l'espace mondialisé des marques. N'est ce pas un aveu d'échec que ce flux de migrants vers l'Europe ? leur situation ne les fait pas rêver alors qu'ils ont fait leur révolution (d'après les médias occidentaux) : ils ne voulaient finalement qu'accéder à la société de consommation. C'est peut-être un cauchemar qui s'ouvre à eux, alors qu'ils avaient la jeunesse pour inventer un autre modèle que le modèle occidental dans leurs pays. Ces pseudo révolutions sont une grande déception "démocratique".

Écrit par : dany | 24/04/2011

Juste une remarque Dany concernant les migrants en provenance de Tunisie. Personne ne sait exactement de qui il s'agit. Peut-être que ceux-ci ont allègrement profité du système précédent et que rester en Tunisie n'est peut-être pas bon pour leur santé...
Il ne s'agit pas des hauts responsables, ceux-là ont eu tout le loisir de partir par avion. Il s'agit peut-être du petit commerçant de quartier qui a eu une autorisation grâce à un cousin au dépend d'un autre, ou encore celui qui a dénoncé son voisin d'activités "illicites"... à l'heure actuelle je ne sais pas, mais cela ne m'étonnerait pas.

Écrit par : tartocassix | 25/04/2011

Les commentaires sont fermés.