25/09/2010

Le bonheur est dans le prêt...Mais

 

 

 

Crise & Mutation.jpgNous sommes dans une période de mutation, cette mutation se fera contrainte et forcée dans la douleur et la violence.

Chacun peut désormais constater que de reprise, il n’y en a point hors celle de nos chaussettes que nous allons devoir porter plus longtemps pour ceux qui auront la chance de survivre à la période qui s’annonce et qui va au bas mot o ba ma, laisser trente millions de gens sur le carreau ticket minimum aux USA et autant en Europe.

Malgré deux plans de Paulson et d’Obama de plus de 700 milliards de dol chacun, l’économie n’est pas repartie ainsi qu nous l’avions annoncé.

Aux hordes croissantes de chômeurs s’ajoute maintenant le phénomène des Tea Parties ou se réunissent les largués de la marché forcée de la mondialisation qui ne reconnaissent plus leur pays et qui ne définissent plus ni comme démocrate ou républicain mais comme conservateur… Ambiance retour aux valeurs judéochretiennes No Drug No Sodomy, No Wall street…

Eut il existé un jour d’autres Anges que les golden boys ??? Clamaient pourtant les marchés financiers pour être sûrs que nous avions bien compris que notre sort était entre leur main et que nous nous étions condamnés à les renflouer et le cas échéant mourir pour eux.

N’avaient-ils pas permis les Subprimes et les Ninja Loan, prêts consentis à des personnes qui n’ont ni apport, ni travail, ni revenu (No Income No Job and Asset) ???

Le rêve américain financé par les autres pays qui se bousculaient pour acheter les dettes titrisées des pauvres américains…

Accès à la propriété pour tous, illusion du bonheur immédiat payable à tempérament…

C’est ce rêve qu’il va falloir remplacer pour maintenir une cohésion sociale, car un rêve ne se remplace que par un autre rêve ou par Dieu…La bulle verte ou révolution évangéliste ou conservatrice.

Obamageddon :

Le bonheur est dans le prêt … mais la mort est à crédit pour l’Etat.

Commentaires

Dites-donc, vaisseau-croiseur On the Sphère,

y avait un Tim und Struppi ( now Struppy ), Tintin et Milou en D, quoi, Le Crabe aux pinces d'or, à la télé, ils montraient leurs rues de Bruxelles auj

Là j'ai bu du petit lait

Pero, Do you know + remember, tous les centres des capitales se ressemblent , même la pierre ( rajoutée )
parisienne, genevoise, bruxelloise, luxe à Lhassa 拉萨 ( kawa opercule parfume Senteur de Kənáʻan- noces, nosse n'ose- et tutti quanti )
-> mam fring mam attitude mam mué ( bof préfère l'autre finirai carréement cultivé, tant pis )

D'ailleurs le jeudi dernier sur la terre topaha ( pas photo en Yama ), les indi-ciels ( wuah, là c la sieste ) partaient mûrir au fond, sauf ... des machins comme l'Oréal, Nike et Adidas.
Ce qui te donne un point sup dans le karma

Et c pas Tite-Live qui te kontredira, ni moi ni personne, il est mort


t'es d'accord, malgré l'ordi, on n'est pas sorti du papier, hein, des conneries déjà posées dans les années '90 et toujours pire et m en mieux. Ah les cons, en plus ils sont censés être de notre côté.

Bon c'st pô tou fo al-jabr (الجبر), mais car sans ( l'algèbre ) on tunerait diff le jour de Saturne ( avant qu'ils ouvrent le dies et 7/7 croissant au beurre en bas de chez toi, Tin. tin

Va faire comme la Dame Pensée Unik : fondre et se retaper dans le ring, moins fort bon
repir : " Cette vocalisation pourrait également renforcer les liens sociaux et désamorcer les conflits (un chat ronronne lorsqu'il rencontre un chat dominant). "


N'aaprends ts lé j

Écrit par : Vince | 25/09/2010

Globalement il est vrai que les périodes de dépression économique sont des périodes de retour à l'interdit. Lire l'homme sans gravité, de c.melman, au sujet de l'individu "libéral" moderne, passé d'un état de société où les individus étaient guidés par le désir à celui d'une société de dépassement permanent, société où l'individu est en quête perpétuelle de jouissance (de la névrose à la perversion, d'après le psy). Lui parlait aussi de retour de bâton à venir, presque inévitable. J'ai noté cette citation : "pour la jouissance comme pour les monnaies, il n'y a plus d'étalon".

Si l'on parle d'un retour aux valeurs Judéo-Chrétiennes, ce sera dans une version rétrograde presque caricaturale, une version moderne de la France de vichy (sous les pavés, vichy). mais je refuse pour ma part d'associer les valeurs religieuses à ce recul car il ne faut pas oublier que le libéralisme économique Américain s'est construit AVEC la tradition religieuse. La liberté et la religion ne sont pas donc nécessairement antagonistes contrairement à certains clichés répandus. La religion donne des bornes, des repères, qui sont ce qu'ils sont mais pas nécessairement négatifs en eux mêmes. La quête de jouissance de l'individu moderne est elle meilleure que l'idéal de pauvreté d'un moine?

Dans la perte de repère qui arrive et qui était prévisible puisque tout reposait sur l'illusion d'une consommation infinie et de l'argent infini, il ne reste pas grand chose pour amortir le choc. Qui peut nier aujourd'hui que les tradition religieuses appartiennent au passé et n'ont aucun sens dans un monde ou tout devient une compétition (j'ai réussi ma crêpe, je suis en finale!): le don, le respect d'autrui, la compassion ? Je n'en vois pas dans le monde où je vis : tout n'est que droit et contrat.

L'état sera en effet le dernier symbole debout. Nation en faillite, état debout, état sécuritaire, autoritaire, le sacrifice de la liberté pour le "bien" de tous.

Écrit par : dan_y44 | 25/09/2010

De l'Atlandide

"Ce qui est préférable pour l'homme et pour la société, l'abondance ou la rareté?

~ Frédéric Bastiat, (1801-1850) Sophismes économiques

Qu'est-ce que sur l'abondance que les gens ont peur?

Que cela nous plaise ou non Robert Lefèvre était correct dans son analyse de l'amour de l'homme pour le gouvernement. En effet, l'homme établit alors tolère les excès, les abus et mauvais traitements de l'Etat. Cela provient d'une perception d'un danger imminent sous la forme de hordes en maraude, les voisins rapaces, prédateurs inadaptés sociaux, la guerre, la maladie, le vieillissement, la pauvreté, le manque de nourriture, ne pas être habillé, ne pas avoir un abri ou ne pas être gardés au chaud.

En bref, les rudiments de la vie et le bonheur sont expédiés aux caprices de la bureaucratie et de ses drones d'occupation qui se croient capables de manipuler des économies grâce à la loi. Ainsi, il incombe à ceux qui ne produisent rien, tout en vivant ainsi que des parasites sociaux, de mettre à disposition les éléments nécessaires qui permettra d'atténuer les craintes de la population générale.

Ce qui est vraiment étonnant, c'est que ceux qui le soutiens de tout cœur la notion de gouvernement et ses pratiques injustes persistante ne pense pas de violer la loi de la physique en collant une fourchette dans une prise de courant direct à mains nues, de peur de nuire si elle n'est pas une finalité fatale la Loi. Toutefois, sur le thème du gouvernement et de l'état de ces mêmes personnes, avec la rationalisation larmoyante d'un petit enfant, soutenir et défendre la forme et la fonction de l'état en violation directe de et en contradiction avec l'histoire et la loi naturelle de la liberté à la richesse grâce à l'abondance.

Il faut donc conclure, avec Bastiat, que ceux qui soutiennent l'état "... l'exploitation, si elle n'est pas intentionnelle, au moins logiquement, sur l'hypothèse qu'une nation est riche (et plus libres) quand il manque de tout."

Le simple fait de l'histoire est que plus le labyrinthe bureaucratique, qui définit l'état, le plus prolifique des lois restrictives qui émanent de cet État.

C'est avec le restrictive, inéquitable et inégale intention de ces lois que nous devons traiter. Maintenant, que ce soit nous convenons avec Bastiat, «... qu'ils produisent la rareté ou nous ne l'admets pas. Si nous ne l'admettre, nous avoue que ce qu'ils infligent à la population tout le mal qu'ils peuvent faire. Si nous ne le reconnaissons pas , alors nous nous refusons qu'ils limitent l'offre de produits et augmenter leurs prix ... "

Il devient évident alors que les gains que l'état de contrôle de l'économie de la l'ambiance va changer, à partir d'un protecteur bienveillant des droits individuels, à un état de force qui cherche à contraindre la conformité collective avec ses édits; entraînant la perte de la richesse et la liberté d'harmonie une raréfaction des biens, la famine et la guerre.

Guerre affaiblit encore la société à travers la rareté accrue grâce à la production perdue, l'agitation sociale, l'effondrement économique, et finalement la perte de l'identité nationale et sociale. Ainsi, ce qui a été créé, puis défendu l'honneur comme le protecteur et souple aux besoins de la société devient le destructeur ultime de l'homme et ses rêves. C'est là que l'histoire jette les cadavres des grands empires.

Heureusement pour nous, il ya un brillant quelques instants dans l'histoire de l'homme où le marché libre était suprême dans l'esprit des hommes et ils ont réussi à atteindre la liberté, la richesse et de la sécurité aspirons tous.

Un lieu tel était l'état ville antique d'Ebla (littéralement "White Rock") a nommé pour le calcaire sur lequel la ville a été construite.

Personne n'aurait entendu parler de cet État de la Cité antique si elle n'avait pas été pour un obscur, presque oubliée, remarque dans les dossiers et assyrienne akkadienne concernant la ville de la chute de l'empire assyrien à la par Sargon d'Akkad »petit-fils Naram-Sin (ca. 2240 BC).

[ ... ]
Ebla : Une histoire insolite, par l'affaire Tim
* Traduction Google ou novelage ?

... Ou d'Autres planètes. Mais ceci est une autre histoire.

ps : même les grands ont besoin d'histoire pour s'endormir.

Écrit par : Vincent 1er Jedi | 25/09/2010

Wasabi Smogi ( contraction de wawa sasa bibi et Smokin Gigi Paloma )


non-obligatoire mais recommandé pour lé no Contest de la Foude Ashick Nipponsse Evening ( cf. toute bouffe n'est pas concours, les retraités se rebiffent à la nuit tombante )
http://www.youtube.com/user/FrikyInTheNight#p/a/f/1/k60CZCwe4lM

Selon toute vraisemblance, attestée par diverses influences / compétences, nous somdans l'entre-Empire de Voï
/wasabi II sushi mini #
A l'époke fut fondé le genre dit de " kantiki siné kini kin kine "
En binaire :
Heu r
EU
Les 1ères découvertes en double physique chizekantik ont permis ce qu'il faut bien appelé un Règne ; des découvertes fondamentales pour la suite furent le fruit d'incessants labeurs, ceci malgré des conditions parfois plus proches de l'enterrement organisé et de la bande à Bonnot que d'une HochCoultour ( HuchCulture )
Ici dan le temps l'on découvrit le plus petit sushi de ce monde en 140 00000 00000 " ou 14 puissance "" nanomêtre dans l'infiniment petit, à savoir un de sans le poisson et autre, avec le riz et tout quand même et avec les avancées de microscopes dit très pointus, car c pa pslizétaient dan la merde kilzétaient complètement couillons et for des brouillards ils furent
o
bli-ga toire
http://www.youtube.com/watch?v=U2W-Jh4EKmk

Écrit par : Waz'an kenoby | 26/09/2010

http://www.youtube.com/watch?v=lD13h0h-A1o&feature=related

La noirceur est à la mode, m chez les bobos.
Trop lisse, trop lumineux, trop.

J'encule les handicapés, les homos, tous les nains de France et de Bavarre, c déjà fait.

Sauf les gouines de fémisnistes mal baisées, et encore on ne sait pas tout.

Si un certain, comme il y a des rumeurs de projet, veut faire dans le polar noir, il devrait lui falloir non seulement un style ( le sien, hein ), puis il lui faudra un chouia de réel, histoire de faire vraiment un peu peur, car tout ce qui est dit plus haut ne se traduit pas ni à la mercerie, ni au Cotton Club, ni à la Migros.

La madeleine de Proust est une vraie madeleine
La Bombe de Vince fut une vraie Bombe, et........
ave de Baox de restes.

Bye

Écrit par : Dr V et les Flammes | 26/09/2010

Les commentaires sont fermés.