28/02/2009

Les temps changent...

973485698.2.jpg








Nouriel Roubini dans le figaro de ce jour, LEAP dans le Monde, Nécronomie internationale en une sur un portail d'information japonais et invité à un cycle de conférence auprès d'industriels..

Comme dit Dylan : Times they are changin...
http://www.dailymotion.com/search/dylan%252Btimes/video/x2lfz3_b...


Et si le suicide économique était l'unique voie vers l'immortalité....???

Nécronomiquement votre

23/02/2009

En attendant Godot...

La messe est dite, seule la nouvelle bulle ainsi que nous l'annoncions, plus d'un an auparavant, pourra sortir le monde de la TGD.
La plus grosse bulle de tous les temps car il nous faut au moins cela : La bulle verte, c'est à dire l'occasion de revendre tout à tout le monde...
Plus de doute la dessus, Thomas Friedman himself, le triple lauréat Pulitzer, vient d'en faire son dernier livre dont le sous titre est éloquent : Pourquoi il nous faut une révolution verte et comment cela peut faire rebondir l'Amérique....
Le plus inquiétant dans cette future bulle mondiale étant de savoir que ce sont les mêmes qui ont vendus du jetable qui vont maintenant nous vendre du durable : ce qui est la logique puisque ce sont eux qui ont fait du cash avant...

Il paraitrait même que les relations avec les banquiers vont devenir durables...(ce qui est logique si ils finissent tous nationalisés...)


Bienvenue dans la TGD (2008-2012)

20/02/2009

Cartes de crédit : l'innovation nécronomique

A constater ce soir encore que les craintes de nationalisation de Citybank et de Bank of america sont suffisantes pour faire encore vaciller les marchés mondiaux, il apparait de plus en plus que la stratégie de regrouper les créances toxiques dans une Bad bank ne sera pas suffisante pour sauver le pays.
Autant cela peut fonctionner pour les actifs immobiliers pourris si tant que l'on puisse se mettre d'accord sur une valorisation, voir sur les bagnoles, autant les 1000, 2000, 3000 milliards de dettes titrisées des cartes de crédit ne trouveront jamais preneurs.

Puisqu'on en est au stade de nationaliser banques et industries, pourquoi ne pas mettre directement en place des cartes de crédit de banques centrales destinées à sauver le consommateur zombi.


Avantage : Aucune toxicité, paiement garanti par les plus riches sur leurs impôts de l'année d'après voir par leurs enfants et petits enfants...Quand la somme est vraiment énorme (moratoire).
Après tout, eux aussi veulent survivre...

Cette méthode originale devrait inspirer notre Président qui plutôt que de co financer les salaires comme en Guadeloupe, permettrait ainsi de financer la consommation en directe...En évitant les rouages administratifs...(effectivité).

827724783.jpg



Nécronomiquement Votre