31/01/2008

Condoléances :

L’histoire de la Très Grande Dépression s’accélérant à vitesse V : je reprends la plume électronique pour vous signaler ce soir, la disparition d’un métier, celui de : réhausseur de crédit : Métier dont on parle peu mais qui compte un peu…et qui commence à angoisser Wall Street :
Les réhausseurs de crédit sont des sociétés financières qui apportent leur garantie à un organisme public ou privé qui émet des emprunts sur les marchés financiers, lui permettant ainsi de bénéficier de taux d’intérêt moins élevés. Les investisseurs leur font confiance, car leur solidité financière est attestée par la note maximale (AAA) que leur attribuent les agences de notation.
Le cœur de la finance panique car ils ont apporté leurs garanties sur 24 000 milliards de dollars (17 000 milliards d’euros) de titres au niveau mondial et ils ont eux aussi acheté des titres financiers indexés sur les « subprimes ».
Autrement dit, on ne sait plus qui est solvable…Un grand moment…et les agences de notations baissent, authentiquement, ce soir les notes, de ceux qui garantissent les emprunts…

Et ça, c’est de la réassurance…yeah…Power…

Nécronomiquement votre

De l'euphorie à la dépression....

Phase 1 : Création de la bulle ou de l’illusion
Les riches et les institutionnels, ceux qui disposent de fonds propres ou de cash achètent (immobilier, action, or)
Phase 2 : Faire monter la mayonnaise
Dynamique de hausse : investisseurs et spéculateurs (classes moyennes) rejoignent les riches
Phase 3 : Mise en place opérationnelle de l’illusion
Crédit peu cher et distribution massive de crédit aux pauvres pour leur faire croire qu’ils peuvent s’enrichir
Phase 4 : L’euphorie
Les prix des actifs (immobilier,action) augmentent, tout le monde est dans la bulle (ou croit y être)
Phase 5 :La chute
Les riches vendent, ce qui stabilisent les prix en annonçant la fin de la bulle en communiquant progressivement des mauvaises nouvelles)
Les classes moyennes stressent…
Phase 6 : La dépression
Les pauvres qui se sont endettés au delà de toute raison prennent le bouillon (par exemple les blacks et les latinos aux USA)

C’est trop tard, la consommation des pauvres et des classes moyennes est contaminée
Le sentiment de s’enrichir sans produire disparaît …C’est la très grande dépression (2008-2012)

Nécronomiquement votre

28/01/2008

Pauvre type

L’état protégera la SocGen, dit Guaino, conseiller de Sarkozy

"il faut s'interroger sur la manière de corriger les vices du système, de transformer ces règles du jeu qui aujourd'hui en font un système qui vraiment est un système fou", a-t-il ajouté.

Et surtout d’un système qui rend les gens fous

Jérôme Kerviel, le trader fou de la Société Générale, nie tout enrichissement personnel :
Son but : faire réaliser des profits à son employeur...

Jérôme kerviel est un pauvre type, une version dépressive et dégénérée de Christophe Rocancourt l’escroc des stars…

Il ne sert à rien de l’accabler ou de le mettre en prison, il sera un pauvre type pour l’éternité : il est à jamais l’homme qui a voulu faire gagner de l’argent à son employeur contre son gré et sans contrepartie.
Paradoxe des médias, le pauvre type est devenu une star planétaire, il va avoir droit à sa biographie , au film sur sa vie.
Bref, il va réellement devenir riche mais d’une manière totalement différente de celle qu’il avait imaginé dans ses rêves de grandeur.

Il n’est pourtant que le produit de la culture d’entreprise de la Société Générale qui lobotomise ses traders comme Jéhovah ses témoins.
Un ex-associé, ancien Directeur de la SocGen à New-york, se plaisait à raconter qu’il était plus facile de négocier un bonus d’un million de dollar qu’une augmentation de 100 euros pour son assistante.

Jérôme Kerviel est le fils parfait et légitime de Daniel Bouton, son PDG : un rejeton de la Très Grande Dépression....

Allez , salut pauvre type…A un de ces jours…

Nécronomiquement votre